Search
dimanche 28 mai 2017
  • :
  • :

Après l’offensive de Boko Haram contre le Niger, l’armée tchadienne à la rescousse

Le vendredi 5 juin 2016, la localité de Bosso, ville située dans le Sud-Est du Niger, a subi une attaque meurtrière de la secte islamiste Boko Haram. Bilan de l’attaque, 24 soldats nigériens tués et plus de 50 000 déplacés, selon le Haut-Commissariat de l’ONU pour les Réfugiés (HCR). Depuis cette attaque, une sécurité précaire règne dans cette localité. Pour y faire face, l’armée tchadienne décide de prêter main forte à ce pays voisin.

Selon une information relayée par l’AFP, les troupes tchadiennes (environ 2.000 hommes) ont commencé à faire mouvement depuis lundi vers la frontière tchado-nigérienne. Le mot d’ordre est clair : “traquer partout les membres de Boko Haram” et pour cela, ces hommes sont lourdement armés. Ces troupes au sol devraient bénéficier d’un appui aérien, du moins si l’on s’en tient aux informations données par la radio privée Anfani : “Les avions militaires vont et viennent entre la zone du Lac Tchad et l’aéroport de Diffa”

Saisie-munition-boko-haram-Regionale.info

                                               Image utilisée à titre d’illustration / CREDIT : DR

Dans la ville de Bosso, les populations fuient afin de se mettre à l’abri. “Les aérogares sont noirs de monde, notamment des femmes et des enfants qui veulent à tout prix quitter la zone”, a précisé un agent d’une compagnie de transport. Pourtant, l’annonce de l’intervention de l’armée tchadienne a suscité de l’espoir au sein des populations.

Lire aussi : Boko Haram endeuille le Niger, l’armée annonce des représailles !

Il faut préciser que depuis 2009, les attaques de Boko haram ont fait plus de 20.000 morts et plus de 2,4 millions de déplacés. En 2015, les pays riverains du lac Tchad (Nigeria, Tchad, Niger, Cameroun) – puis plus tard le Benin – ont formé une force pour venir à bout du groupe jihadiste. Sur le plan international, la France a implanté un état-major pour traquer les groupes jihadistes de la bande-Sahelo-Sahelienne (B.S.S) au Niger et au Tchad, tandis que les Etats-Unis ont installé une base de drones au Niger et au Cameroun.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.