Search
mardi 25 avril 2017
  • :
  • :

BRVM : La notion de la communication financière au centre d’un séminaire à Abidjan

Le séminaire régional de haut niveau sur la communication financière et les relations avec les investisseurs s’est tenu le mardi 28 mars 2017, à Abidjan.

Lors de ce séminaire, le directeur général de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BVRM), Dr Edoh Amenounve a affirmé que la communication financière reste un indicateur de performance pour la valorisation des entreprises. La communication financière répond à une contrainte légale, expose l’entreprise, mais peut aussi être le bras armé d’une politique marketing visant à attirer les investisseurs.

     Le directeur général de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BVRM), Dr Edoh Amenounve © : DR

Mise au service de la stratégie et de la visibilité de l’entreprise, la communication financière constitue désormais un risque, à la fois juridique, au regard de la réglementation qui n’a de cesse de se développer explique le directeur de la BRVM. Il s’agit aussi de transmettre aux actionnaires, investisseurs d’une entreprise, des informations financières relatives aux entreprises concernées.

Pour la BVRM et la Banque de règlement (BR), les principaux organisateurs de ce séminaire, l’objectif est mieux élucider la notion de la communication financière, son impact sur la valorisation de l’entreprise auprès des entreprises cotées en bourses.

« Cet outil doit répondre à une stratégie claire avec des messages assez structurés », a-t-il annoncé, concluant que « Les informations délivrées ont un impact mécanique sur le cours de la Bourse, mais aussi sur l’image et les apporteurs de capitaux »

Lire aussi : La BRVM fait son entrée au sein de l’indice international MSCI

Il convient de retenir qu’au sein des obligations de communication financière des entreprises cotées en Bourse, il faut distinguer l’information réglementée de l’information périodique et de l’information permanente. Une mauvaise maîtrise de cette information, et surtout de l’information privilégiée peut coûter cher à une entreprise cotée, Et les non cotées ne peuvent se désintéresser de ce type de communication qui a un fort impact marketing et souvent exigé par les investisseurs.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.