Search
dimanche 24 septembre 2017
  • :
  • :
Banner Tecno – 30 jours
Archibat 2017

CACAO : Un rapport de l’ONG Mighty Earth dévoile un trafic qui implique de grands groupes et les autorités Ivoiriennes

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS
L’organisation Mighty Earth pointe du doigt ce qu’elle a appelé le côté obscur du chocolat. En effet, de grandes marques comme Ferrero, Lindt, Mars font partie de la longue liste de chocolatiers qui prennent part à un trafic  de cacao en provenance de la Côte d’Ivoire. D’ailleurs, l’ONG cite une complicité de la part des autorités ivoiriennes.
 

En explorant ce rapport, l’on note une organisation bien ficelée par des pisteurs qui rachètent du cacao aux producteurs. Les zones concernées sont entre autres la région du Haut-Sassandra, le Parc de Taï, la zone du Goin Débé, les parcs du Mont Péko et celle de la Marahoué.

Une fois achetées, les fèves de cacao sont acheminées vers les deux grands ports de la Côte d’Ivoire (Abidjan et San-Pédro) pour être revendues à des géants de l’agroalimentaire. On cite des noms comme Olam, Cargill et Barry Callebaut. La chaine de revente suit son cours jusqu’à ce que ces cacaos illégaux soient vendus à de grands noms du chocolat comme Ferrero, Lindt, Mars, Nestlé ou Cadbury.

                                                               Source : Rapport Mighty Earth

L’ONG Mighty Earth précise dans son rapport que ces zones illégales sont des villes. À titre d’exemple, la localité de Scio compte 22 magasins et entrepôts de cacao illicite, avec des milliers d’habitants, des boutiques et même une école et un dispensaire.

Les autorités ivoiriennes seraient complices de cette grande activité illégale qui existerait depuis de longues années. Cette activité aurait également des conséquences sur l’environnement. Les forêts ne couvrant que 11 % du territoire ivoirien, dont 4 % pour les forêts primaires.

La réponse de la World Cocoa Foundation

Selon le président de la World Cocoa Foundation, Rick Scobey, un plan de préparation est en cours pour prendre des dispositions quant à ce phénomène. D’ailleurs, des entreprises de chocolat ont engagé un certain nombre de mesures pour tracer le cacao ivoirien. Des travaux sont en cours au niveau de l’agroforesterie mixte avec des plantations plus respectueuses de l’environnement, en agissant en faveur de la restauration de certaines zones.

Depuis le début de l’année, on comptabilise 35 entreprises spécialisées dans le secteur du cacao qui s’unissent pour mettre en place un plan stratégique avec le gouvernement ivoirien afin de mettre fin à la déforestation en Côte d’Ivoire et au Ghana. D’ailleurs, un programme de la World Cocoa Foundation sera dévoilé durant la Cop23 à venir.

                                                             Source : Rapport Mighty Earth

Des efforts ont été engagés pour restaurer des secteurs protégés, avec un renforcement des lois de protection. Rick Scobey est toutefois conscient du fait que ces mesures doivent permettre à la fois de respecter les droits de centaines de milliers de producteurs de cacao ainsi que leurs familles. Un programme de reconversion est prévu à cet effet pour les fermiers dans ces zones.

Une affaire à suivre de près dans la mesure où le gouvernement Ivoirien n’a fait pour l’heure aucune déclaration suite à ce rapport de l’ONG Mighty Earth.
 




One thought on “CACAO : Un rapport de l’ONG Mighty Earth dévoile un trafic qui implique de grands groupes et les autorités Ivoiriennes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.