fbpx

Cérémonies de dot modernisées : effet de mode ou évolution ?

Samedi 06

La dot, en Afrique comme en Côte-d’Ivoire, est encore pratiquée, bien que  certaines législations la condamne. Son importance réside dans le fait que c’est le mariage reconnu par plusieurs peuples ou groupes ethniques car il est synonyme d’union entre les deux familles des fiancés.

La dot est obligatoire dans certains cas de figure, notamment sur le plan religieux. Elle est même demandée par certains  guides avant la célébration du mariage religieux. La dot, à l’origine, se déroulait dans la stricte intimité, entre les deux familles des fiancés. Le fiancé accompagné de ses parents, venaient avec les éléments demandés au préalable par la famille de la fiancée pour sceller l’union. S’en suivait un repas pour clore la cérémonie. Depuis quelques années, force est de constater que les données ont changé. La dot est  devenue très festive.  Elle est célébrée avec un budget faramineux, incluant plusieurs invités. Changement de tenues, décoration du lieu de la cérémonie, distribution de dragées, découpe de gâteaux… tel est le décor actuel de la majorité des dots en Côte d’Ivoire. Soulignons que dans la coutume africaine, les festivités de la dot sont à la charge de la belle famille. C’est donc à la famille de la fiancée que revient en grande partie les frais des festivités.  Cérémonies de dot modernisées, festivités aux coûts élevés, effet de mode ou évolution ?                                                                   

Dans l’univers des principaux prestataires de la dot…

Certains prestataires sont incontournables dans l’organisation de a cérémonie de la dot, en l’occurrence ceux spécialisés dans la location de tenues traditionnels.  Lors des cérémonies de dot, après concertation des deux familles, les fiancés se parent de différentes tenues traditionnelles auxquelles s’ajoutent de beaux bijoux. Cette étape de la dot a engendré la floraison des structures de location de tenues traditionnelles, ce qui n’est pas fait pour déplaire aux jeunes couples.

                                                                   Crédit : © DR

La location de tenues traditionnelles…

Les prix de location de ces tenues varient. La location part de 80.000  à 150.000 F CFA par tenue, en fonction de la qualité du pagne,  y compris les accessoires bijoux, canne, chapeau, couronne etc…., a confié  un prestataire. Il a par ailleurs ajouté que les mariés pouvaient avoir recours à 3 voire 5 tenues.  Ceux-ci dépensent donc en moyenne 250 000 à 800 000 F CFA, voire plus, rien que pour les tenues traditionnelles. Les tenues louées proviennent généralement de diverses régions et pays pour donner plus de couleurs aux festivités. Ainsi des tenues, Akans, Malinké, Yoruba et autres sont disponibles chez ces prestataires.

Les dragées africaines…

Les dragées africaines sont  désormais incontournables dans les cérémonies de dot. Les petits plats sont mis dans les grands, pour des cérémonies de dot hyper festives, qui ont par ailleurs la même allure que les mariages civils. Les dragées ne  sont donc pas à prendre à la légère. Elles sont distribuées par la mariée aux dames et jeunes filles présentes à la cérémonie. Les dragées africaines sont beaucoup prisées.  Les professionnels du domaine le confirment.

« Avec l’avènement des cérémonies en grande pompe de mariage tradi-moderne, les dragées africaines sont beaucoup demandées du fait de leur originalité » nous confie la responsable de Toffis and co, prestataire de mariage traditionnel à Abidjan.

Ces dragées de dot à l’africaine sont en général composées de « toffis » caramel (nougat), coco grillé (bonbon de coco) et de biscuits de baobab, auxquels on peut ajouter les croquettes de sésame. Les fiancés ne lésinent pas sur les moyens pour ces confiseries savoureuses. Les prix varient en fonction des contenants qui peuvent être soit des sachets cellophane (plastique), des pochons ou ballotins en pagne, des tissus africains, des mini canaris , des mini calebasses etc.

Les prix varient de « 15 000 à 75 000 F CFA pour 50 pièces » précise la responsable de Toffis and Co. Les fiancés dépensent donc en fonction du nombre d’invités. Pour ce volet, les dépenses peuvent aller jusqu’à 225 000 F CFA, pour une cérémonie qui a 150 invités.

Pas de festivités digne de nom, sans une « superbe déco » !

La décoration du lieu de réception pendant la dot est très importante. Elle est donc partie intégrante de la liste des dépenses pour les festivités.  Les prix varient certes, mais il existe un budget standard pour la décoration. « Le budget minimal est de 150 000 F CFA et le budget maximal est de 500 000 F CFA » selon un prestataire spécialisée dans ce domaine, Gralys Plus. Elle précise par ailleurs que la décoration dépend du nombre d’invités, du cadre et des éléments que le client aimerait avoir.  

Suite au « boom » des cérémonies de dot célébrées en grande pompe, la demande a naturellement grimpé. Ainsi, plusieurs personnes tentent de rafler le marché de la déco traditionnelle à des prix jugés dérisoires par certains professionnels du domaine. La régulation de ce secteur s’impose donc. La responsable de  « Mille Merveilles  Event »  n’a pas manqué de souligner ce problème. « Étant nombreuses et non répertoriées, plusieurs personnes se déclarent décoratrices et font chuter les prix afin de rafler les marché ». Elle rejoint le prestataire cité plus haut, qui affirme que le prix minimum pour une décoration « qui captive et attire les regards des invités dans sa beauté et son authenticité est de 150.000 F CFA ».

Les éléments les plus utilisés pour la décoration des dots sont le pagne africain (kita), des cases, des poupées africaines, des légumes, des canaris, des nattes, des cauris, des perles communément appelés « pois baoulés » et tout ce qui se rapproche le plus possible de la tradition du couple. En outre, les éléments utilisés pour la décoration des dots sont différents de ceux utilisés pour le mariage civil.

Cérémonies grandioses de dot, évolution…

Les festivités « hors normes » concernant les dots ont été constatées ces dernières années. Déjà dans les années 80 et bien avant, la dot n’était pas si festive. Étaient conviés uniquement les membres des deux familles concernées. Après le mariage traditionnel, un repas était symboliquement partagé. Les collègues et amis n’étaient donc  pas de la partie. Les commerces de location de tenues traditionnels n’existaient pas. La dot festive est entrée dans les mœurs des ivoiriens, il y a seulement quelques années. Ce phénomène est devenu par la force des choses, « la mode » dans tout le pays.

Au regard des témoignages des prestataires, 80 à 150.000 F CFA à débourser par tenue pour la location, 15 à 75.000 F CFA pour seulement 50 pièces de dragées, 150 à 500.000 F CFA pour la décoration sans compter les frais de nourriture et de boisson, les frais de « make-up » – si la fiancée n’est pas douée pour le faire toute seule – les frais de sonorisation, sans oublier un photographe pour immortaliser ces moments, le budget comme on peut le constater est énorme et peut aller  jusqu’à 1.000.000 F CFA voire plus. Certains mariés commandent même des pièces  montées (gâteau de mariage).

Face à l’évolution, célébrer la dot de manière festive ne doit pas être vu d’un mauvais œil. Loin de dénaturer ce qui se faisait dans le passé, elle allie tradition et modernité.

… ou effet de mode

Certaines personnes par contre, célèbrent  la dot simplement, et sans budget énorme. Elles en ressortent satisfaites.  

« Chacun fait avec ses moyens, l’idée c’est de ne pas s’endetter pour le faire, mais si les moyens s’y prêtent, c’est tout bénéfique pour la fête », nous a confié une personne qui a célébré sa dot simplement sans dépenser plus de 500.000 F CFA.

La dot a été abolie en Côte-d’Ivoire depuis 1964. « L’institution de la dot, qui consiste dans le versement au profit de la personne ayant autorité sur la future épouse, par le futur époux ou la personne ayant autorité sur lui, d’avantages matériels conditionnant la réalisation du mariage traditionnel, est immédiatement abolie », indique l’article 20 de la loi N° 64-381 DU 7 octobre 1964.

Seul le mariage civil est reconnu par les autorités. Dépenser donc une somme faramineuse pour les festivités de la dot n’est pas toujours utile. Néanmoins, chaque couple a ses perceptions, son budget et est libre de sceller son union comme il l’entend. Le bon sens voudrait tout simplement que le mariage soit célébré selon les moyens dont on dispose sans faire du suivisme et sans s’endetter. Dote à l’ancienne ou modernisée, à chacun son choix !

Advertise – Regionale.info



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *