fbpx

CIV / Libération de Laurent Gbagbo et Blé Goudé : Voici les conditions imposées aux deux hommes

Samedi 06

L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo et son ministre, Charles Blé Goudé, ont libérés par les juges de la Cour Pénale Internationale le vendredi 1 février dernier. Mais cette libération est accompagnée de plusieurs conditions auxquelles les deux accusés devront se conformer jusqu’au jour de leur acquittement.

Ce sont au total huit conditions qui ont été imposées à l’ancien président ivoirien et à l’ex-chef de la galaxie patriotique, Charles Blé Goudé.

I) Signer un engagement à respecter toutes les instructions et tous les ordres de la Cour, notamment en se présentant à l’audience lorsque celle-ci est ordonnée, et en acceptant que la procédure devant la Chambre d’appel puisse se poursuivre en leur absence, s’ils ne comparaissent pas devant la Cour quand on le lui ordonne;

II) Fournir l’adresse dans l’État de résidence et les coordonnées de la Cour et de l’État de résidence, ainsi que demander son autorisation, et demander à la Cour l’autorisation de tout changement d’adresse ;

III) Ne pas voyager au-delà des limites territoriales de la municipalité de l’État de résidence sans l’autorisation express et préalable de la Cour ;

IV) remettre tous les documents d’identité, en particulier leurs passeports, au greffe ;

V) faire un rapport chaque semaine aux autorités de police de l’État d’accueil ou au Greffe ;

Libération de Laurent Gbagbo et Blé Goudé : Voici les conditions imposées aux accusés / © DR

VI) ne contacter, directement ou par l’intermédiaire d’une autre partie, aucun des témoins à charge dans cette affaire, ni aucune personne interrogée dans l’enquête en cours en Côte d’Ivoire révélée, sauf par l’intermédiaire d’un conseil autorisé à les représenter devant cette Cour et conformément aux protocoles applicables ;

VII) ne faire aucune déclaration publique, directement ou par l’intermédiaire d’une autre personne, sur le cas, ne pas être en contact avec le public ni parler à la presse à propos du cas ;

VIII) respecter toutes les conditions raisonnables supplémentaires imposées par l’État de libération. 61. Si M. Gbagbo ou M. Blé Goudé ne remplissent pas les conditions susmentionnées, la Chambre d’appel réexaminera la question. 62. La Chambre d’appel note que le Greffier a déjà entamé des consultations avec les États parties au Statut concernant leur volonté d’accepter MM. Gbagbo et Blé Goudé sur leur territoire et leur volonté et leur capacité de faire respecter les conditions imposées par la Cour. Le Greffier est chargé de conclure de tels arrangements dans les meilleurs délais et, sur cette base, de faciliter le transfert des deux personnes acquittées vers le ou les États d’accueil. Si le Greffier se heurtait à des difficultés à cet égard, il était chargé d’informer la Chambre d’appel sans délai.

Selon plusieurs sources concordantes, après leur libération, la Belgique aurait accepté d’accueillir Laurent Gbagbo. Quant au ministre Charles Blé Goudé, il aurait élu résidence dans un hôtel au pays-Bas en attendant un pays d’accueil.    

Notons que Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, ont passé environ huit ans dans les geôles de la Cour Pénale Internationale à la Haye au Pays-Bas. Ils sont accusés de crimes contre l’humanité dans la crise post-électorale qui a fait plus 3000 morts en Côte d’Ivoire.

Advertise – Regionale.info



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *