fbpx

CIV : Un groupe vietnamien signe un contrat d’achat de 200 000 tonnes d’anacarde 

Samedi 06

Le mercredi 20 mars dernier, le groupe vietnamien T et T se propose d’acheter 200 000 tonnes de noix de cajou origine Côte d’Ivoire sur les trois prochains mois. Une décision qui s’est matérialisée, par une convention tripartie entre ledit groupe, le Groupement d’intérêt économique (Gie) des exportateurs de noix de cajou et le Conseil du coton et de l’anacarde. 

 Un groupe-vietnamien signe un contrat d’achat de 200 000 tonnes d’anacarde avec la CIV ©/DR

Le Groupe T&T a signé un contrat d’achat de 200 000 tonnes de noix de cajou avec la Côte d’Ivoire. Une initiative saluée par le Directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde qui a présenté les avantages.

« La signature de ce contrat d’achat de 200 000 tonnes de noix brutes de cajou est une excellente nouvelle pour la Côte d’Ivoire, la filière cajou et l’ensemble des acteurs. Je vois plusieurs avantages à ce contrat », a mentionné le Directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde (Cca), Docteur Adama Coulibaly, lors de la signature du contrat d’achat.

Il a énuméré trois avantages pour les acteurs de la filière cajou liés à cette opération d’achat. Pour ce qui est du premier avantage, c’est d’accompagner les exportateurs nationaux dans leurs business. « Grâce à cet accord, ils ont pu constituer un Groupement d’intérêt économique (Gie) qui, j’espère, va stabiliser leurs activités et les rendre beaucoup plus professionnels », a indiqué Dr Adama Coulibaly.

Le deuxième avantage de la signature de ce contrat, a poursuivi le Dg du Cca, est la relance de la commercialisation de la noix de cajou sur le terrain. « On commençait à nous dire qu’il n’y a pas de financement sur le terrain, et que les premiers financements qui sont arrivés sont essoufflés. La signature de ce contrat va relancer les achats bord champ. Et mieux, c’est une obligation pour les exportateurs, et partant les acheteurs et les pisteurs, d’appliquer strictement le prix plancher (la valeur en dessous de laquelle un bien ou un service ne peut pas être vendu, ndlr) », a mentionné Dr Adama Coulibaly.

Le troisième avantage, et non des moindres, toujours de l’avis du Dg du Cca, c’est la présence de ce Groupe vietnamien qui intervient dans au moins 5 branches d’activités et emploie 70 000 travailleurs, en Côte d’Ivoire. « Ce Groupe a décidé de s’installer en Côte d’Ivoire. C’est un partenaire sérieux, efficace et crédible. Pour nous, c’est extrêmement important d’avoir de tels interlocuteurs dans la filière », s’est réjoui Dr.

Rappelons que la Côte d’Ivoire ambitionne une production de 800 000 tonnes de noix de cajou au titre de la campagne 2019, dont 650 000 tonnes destinées à l’exportation. Le prix planché fixé par le Gouvernement au titre de la campagne de commercialisation est de 375 Fcfa bord champ pour un produit bien séché et bien trié. Le prix à l’exportation, pour le magasin intérieur, est de 400 Fcfa et le magasin portuaire, 459 Fcfa. La production en 2018 a été portée à 761 346 tonnes.

Advertise – Regionale.info



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *