Search
mardi 21 novembre 2017
  • :
  • :
Tecno Phantom 8

Comparution de kemi Seba : Les soutiens de l’activiste se mobilisent avant son procès

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Son geste a créé un véritable tollé sur le continent africain et même au-delà. L’activiste Kemi Seba a été interpellé le vendredi dernier, à Dakar, pour avoir brûlé publiquement un billet de 5.000 F CFA. Le mardi 29 Août, il comparaîtra devant la justice pour répondre des faits qui lui sont reprochés.

Geste symbolique !

Il est connu pour sa langue qu’il n’a pas dans sa poche et ses prises de positions virulentes contre le Franc CFA, qu’il considère comme « une monnaie de servitude, d’esclavagisme, et de soumission ». Le 19 Aout dernier, lors d’une manifestation organisée à Dakar, le Président de l’ONG Urgences Panafricaines a une fois de plus tiré à boulet rouge sur le Francs CFA. Afin de marquer le coup, il a posé un acte qu’il a qualifié de symbolique en brûlant un billet de 5.000 FCFA, sous les hourras de la foule venue l’écouter.

« Le symbole recherché en brûlant ce billet est de rappeler que même si nous ne sommes pas riches, mieux vaut vivre la liberté dans l’incertitude que l’esclavage dans l’allégresse et l’opulence », a-t-il expliqué avant de mettre le feu au billet.

 

Le geste de l’activiste n’est pas sans conséquence. Le vendredi 25 août, il a été interpellé par des éléments de la Division des Investigations Criminelles (DIC) de la Police. Selon une information publiée sur sa page Facebook, il a été ensuite placé sous mandat de dépôt, à la Prison Centrale de Rebeuss, en même temps que qu’un autre activiste du nom de Alioune Aboutalib Sow.

Pour Kemi Seba, cette action était prévue. Sur sa page Facebook, ce message a été publié, peu après son interpellation :

« Je savais qu’en effectuant cet acte purement symbolique, la BCEAO (Banque Centrale des États d’Afrique de l’Ouest), sans doute sur commande de la Banque de France, engagerait une procédure visant à me mettre en prison. Je le savais, et je suis prêt à en payer le prix du plus profond de mon âme ».

Ce prix-là pourrait être lourd car selon le code pénal Sénégalais, en son article 41, « quiconque aura volontairement brûlé ou détruit, d’une manière quelconque, des billets […] Si les pièces détruites sont des actes de l’autorité publique ou des effets de commerce ou de banque, la peine sera d’un emprisonnement de cinq ans à dix ans ».

La mobilisation continue

L’interpellation de Kemi Seba s’est propagée comme une traînée de poudre. Pour certains observateurs, cette action purement symbolique marque un tournant décisif dans la lutte pour mettre fin à l’usage du Francs CFA. Par contre, d’autres y voient un combat mené en utilisant la mauvaise méthode.

Une pétition a été lancée en ligne pour exiger sa libération. Selon ses initiateurs qui espèrent récolter au moins 15.000 signatures, cette pétition sera remise à la BECEAO, au Président Macky Sall et à l’ « Afrique ». Lancée le vendredi 25 aout, le jour où Kemi Seba a été interpellé, lors de la publication de cet article, elle enregistrait déjà 12 438 signatures. De plus, afin d’assurer la défense des deux prévenus, une collecte de fonds a été initiée afin d’engager un « pool d’avocats » capable de faire le poids.

 




One thought on “Comparution de kemi Seba : Les soutiens de l’activiste se mobilisent avant son procès

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.