Search
jeudi 29 juin 2017
  • :
  • :

CÔTE D’IVOIRE : Une étude du RIDDEF dénonce les maltraitances domestiques

Le réseau Ivoirien pour la défense des droits de l’enfant et de la femme (RIDDEF), a effectué une étude de laquelle il ressort qu’il existe dans plusieurs communes d’Abidjan et dans certains foyers, un fort taux d’exploitation domestique.

Selon le RIDDEF, les communes de Yopougon, de Marcory, de Cocody et d’Abobo, sont des zones où il y a un fort taux d’ « esclavagisme » domestique. D’après ce même rapport, sur 557 domestiques interrogés au cours de cette enquête, 35% ont affirmé n’avoir droit à aucun repos.

Ces travailleurs sont utilisés comme des machines et n’ont droit à aucun repos dans la journée. De plus, les jours fériés et les week-ends ne sont pas pris en compte. L’étude précise que même en cas de maladies, ces personnes sont contraintes de travailler. Cette étude qualifie donc ce genre de traitement de « tendance hautement esclavagiste condamnable et contraire au code de travail ».

                                        Image utilisée à titre d’illustration / ©  DR

Le rapport du réseau Ivoirien pour la défense des droits de l’enfant et de la femme, a aussi estimé la moyenne salariale des domestiques à 23.027 frcs CFA. Par ailleurs, 26% d’entre eux ne perçoivent pas leur salaire. Ce qui revient à dire qu’ils sont « utilisés » gratuitement.

Cette étude révèle aussi que 34,5% des domestiques sont victimes de violences morales qui se traduisent sous forme d’humiliation, mais aussi 47,1% de cas d’injures et 20,3% de cas de privations. Les violences physiques sexuelles elles, s’élèvent à 24,05% ainsi que les coups, les blessures, les séquestrations, à 23,82%. Les propositions indécentes, les harcèlements et les viols sont aussi le quotidien de ces enfants et de ces femmes utilisés comme employés domestiques.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.