fbpx

Côte d’Ivoire : La CNEC demande la démission du président de l’université de Cocody

Samedi 06

La Coordination National des Enseignants Chercheurs et Chercheurs de Côte d’Ivoire (CNEC), principal syndicat des enseignants des universités publiques, a exigé, le mercredi dernier, la démission du président de l’université Felix Houphouët Boigny de Cocody. Le syndicat pointe du doigt la mauvaise gouvernance du dirigeant de l’université.

La CNEC demande la démission du président de l'université de Cocody, Abou Karamoko_Regionale.info

                 La CNEC demande la démission du président de l’université de Cocody, Abou Karamoko ©DR

Johnson Zamina Kouassi, secrétaire général de la CNEC, à l’issue d’une assemblée générale, a précisé que l’ensemble des enseignants exige « la revalorisation des primes de recherches, de l’habilitation et la démission du président de l’université de Cocody (Abou Karamoko) ».

Le secrétaire général de la CNEC a jugé insuffisant le taux horaire des enseignants chercheurs (5.500 FCFA pour les assistants, 6.294 FCFA pour les maîtres de conférences et 7.749 FCFA pour les professeurs titulaires).

A cet effet, le principal syndicat des enseignants chercheurs de Côte d’Ivoire menace de mener une grève de trois jours, à compté du 22 Mai prochain « si rien est fait ».

Notons qu’en Mars dernier, la CNEC, section Korhogo, avait observé une grève de trois jours, pour dénoncer la mauvaise gouvernance des universités publiques de Côte d’ivoire, mais les enseignants de l’université Felix Houphouët Boigny de Cocody n’ont pas suivi le mouvement.

Advertise – Regionale.info



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *