Search
dimanche 16 décembre 2018
  • :
  • :

Côte d’Ivoire : Le milieu éducatif paralysé dès demain !!

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Regroupés au sein d’une faîtière, dénommée Coalition Secteur Education/ Formation de Côte d’Ivoire(COSEFCI), des  syndicats de l’enseignement secondaire ont lancé un mot d’ordre de grève de trois jours, à compter de demain mardi, 20 novembre. Cette décision a été prise le samedi 17 novembre dernière, au lycée Professionnel Commercial de Yopougon (Abidjan), lors d’un point de presse.

Après les différents mots d’ordre de grève des enseignants du primaire et de l’enseignement technique, les enseignants du secondaire appellent à un arrêt de travail dès demain mardi. Selon les grévistes cette mesure vise à interpeller le ministère de tutelle relativement aux différentes revendications.

Selon le coordonnateur général national de la faîtière, Pacôme Attaby, les différentes revendications de ces enseignants sont basées sur la revalorisation des indemnités de logement des enseignants du préscolaire, du primaire et du secondaire public de Côte d’Ivoire , la suppression des cours de mercredi au primaire , le relèvement au double de toutes les primes liées aux examens, la mise en place des intendances intégrées aux centres d’examens et la rémunération de la surveillance , le paiement de 500000 FCFA à chaque ex-enseignant contractuel au titre de leurs émoluments non payés de janvier à mai 2014, puis l’intégration à la fonction publique du résiduel des radiés en 2014 pour fait de grève et suppression de l’emploi des instituteurs adjoints.

                                     Pacôme Attaby, porte-parole de la COSEF-CI / ©  DR

Pacôme Attaby, a indiqué que toutes ces revendications ont été soumises au ministère de tutelle, mais celles-ci sont restées sans suites. « Depuis deux ans, les organisations membres de la coalition(COSEFCI) ont adressé des demandes d’audience au Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle en vue de discuter de leurs revendications. Malheureusement, ces demandes sont restées sans réponses », A- t-il déclaré.

Poursuivant, le coordonnateur national de la COSEFCI, a précisé que plusieurs démarches ont été entreprises auprès du ministère de tutelle et de la fonction publique où un préavis de grève a été déposé le 11 octobre 2018.

Avant de clore la conférence, les membres de la coalition de la faîtière se sont dits confiant tout en espérant que le gouvernement se penchera sur la question avant l’entrée en vigueur du mot d’ordre de grève. « Nous continuons d’espérer que le Gouvernement apportera des réponses satisfaisantes à nos légitimes revendications avant le mardi 20 novembre 2018», a-t-il conclut.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *