fbpx

Côte d’Ivoire : Les enseignants chercheurs réclament la libération de leurs collègues et le départ d’Abou Kramoko

Plus de 500 enseignants-chercheurs de l’Université Félix Houphouët Boigny (UFHB), ont manifesté hier jeudi 21 février 2019 dans l’enceinte de ladite université, pour exiger la libération des enseignants syndicalistes incarcérés à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA).

Tous vêtu en vert (toge), les enseignants chercheurs ont arpenté les ruelles de l’université Félix Houphouët Boigny, dans la matinée du jeudi 21 janvier 2019. « Libérez nos collègues » « trop c’est trop » « on ne veut plus d’Abou Kramoko », scandaient les imminents enseignants-chercheurs de la plus grande université publique du pays.

Les enseignants chercheurs réclament la libération de leurs collègues / ©  DR

Les organisateurs de ces protestations sont entre autres, le secrétaire général adjoint de la CNEC, Edmond Kouablan Koffi, le secrétaire général du collectif des enseignants-chercheurs et chercheurs (Codec), Oumar Yéo, le secrétaire général du Syndicat libre des enseignants-chercheurs et chercheurs (Sylec), Roger Languy et des membres du bureau de la CNEC.

Le secrétaire général adjoint de la Coordination nationale des enseignants-chercheurs et chercheurs de Côte d’Ivoire (CNEC), a indiqué que « emprisonner d’honnête citoyens, enseignants chercheurs pour la simple revendication de l’amélioration de nos conditions de vie de travail, nous pensons que le Rubicon a été franchi et cette marche est en signe de protestation de cette réaction ».

Les étudiants étonnés de cet événement sont sortis en masse pour soutenir leurs maîtres dans cette lutte qui les oppose au président de l’université. « Soutien » et « Abou démissionne », pouvait-on entendre lors des manifestations.

Notons que le secrétaire général de la CNEC, Johnson Kouassi Zemina et Joël Dadé, tous deux enseignants chercheurs à l’université Félix Houphouët Boigny ont été inculpés puis incarcérés à la MACA, la plus grande prison du pays.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *