Search
mercredi 12 décembre 2018
  • :
  • :

CPI : Ouverture le 1er mars de l’audience de confirmation de charges de Ahmad Faqi Al Mahdi

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

C’est le 1er mars 2016 que débutera l’audience de confirmation des charges dans l’affaire « le procureur contre Ahmad Faqi Al Mahdi ». Il est considéré comme l’un des premiers djihadistes à comparaitre devant la Cour Pénale internationale (CPI), le premier suspect arrêté dans l’enquête de la Cour sur les violences de 2012-2013 au Mali et la première personne qui fait l’objet de poursuites par la CPI pour destructions d’édifices religieux et monuments historiques. Il paye ainsi les frais de sa probable implication dans la destruction en 2012 de 14 mausolées de saints musulmans par le groupe djihadiste malien Ansar Dine.

 

Ahmad Faqi Al Mahd

Ahmad Faqi Al Mahd

Ahmad Faqi Al Mahdi a été transféré à la Haye le 26 septembre 2015, 6 mois plus tard s’ouvre devant la Chambre préliminaire II de la Cpi , l’audience de confirmation des charges. Au cours de cette audience, la procureure de la CPI essayera de prouver la tenue d’un procès contre ce chef touareg. Il est accusé de crimes de guerre dans le nord du Mali et d’avoir détruit des édifices religieux et des monuments historiques. En effet, pour la CPI le fait de diriger volontairement des attaques contre des lieux protégés, ainsi que les exécutions effectuées sans un jugement préalable rendu par un tribunal constituent des crimes contre l’humanité. « La Chambre a conclu que les preuves présentées par le Procureur donnent des motifs raisonnables de croire que M. Al Faqi est pénalement responsable pour avoir commis, individuellement et conjointement avec d’autres personnes, facilité ou autrement contribué à la commission, les crimes de guerre », lit — on sur le site de la CPI.

Très tôt, la directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Mme Irina Bokova avait prévenu que « Détruire un patrimoine culturel est considéré comme un crime de guerre selon la convention de La Haye ».

Ahmad Faqi Al Mahdi était très actif dans le contexte de l’occupation de Tombouctou. Membre d’Ansar Dine , il dirigeait également la

« brigade des mœurs » dénommée « Hesbah » liée au tribunal islamique de Tombouctou et aurait participé, selon la CPI , à l’exécution de ses décisions et spécifiquement, il aurait été impliqué dans la destruction des mausolées.



Web redacteur ; Journaliste Radio


One thought on “CPI : Ouverture le 1er mars de l’audience de confirmation de charges de Ahmad Faqi Al Mahdi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *