fbpx

Crise au sommet de l’État : « J’ai honte d’avoir pris les armes » Soro Guillaume

Lors d’une visite des populations de la région du Bafing à son domicile, hier jeudi 14 mars 2019, l’ex-président de l’assemblée nationale, Guillaume Soro a déclaré qu’il « regrette avoir pris les armes ».

L’ex-président de l’assemblée nationale, et ancien secrétaire général des forces nouvelles, disait avoir pris les armes pour lutter contre la discrimination et l’injustice faites par le régime d’alors contre les populations du Nord.

                   Soro Guillaume déclare avoir honte du régime dirigé par Ouattara  / ©   DR

Hier, lors de la visite des populations du Bafing (Nord de la Côte d’Ivoire) à son domicile, sis à Marcory (commune d’Abidjan), l’ex chef de fil de la rébellion armée a indiqué qu’il a « honte d’avoir pris les armes ».

Vomi par le Rassemblement Des Républicains (RDR) pour sa non-adhésion au Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), le président du Comité Politique fait désormais chemin seul avec ses quelques clubs de soutien pour l’obtention du « fauteuil », après avoir été éjecté du perchoir de l’assemblée nationale.

Devant les populations du Bafing, Soro Guillaume a fustigé la gouvernance du Président de la République Alassane Ouattara. L’homme s’est indigné du fait que sous le régime actuel, pour lequel il a sacrifié ses années d’études, « un député (NDLR : Alain Lobognon) ait passé près d’un mois à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA) pour un tweet, qu’un militant du RACI (Soro Kognon) soit froidement abattu pour une simple assemblée générale qu’il organisait ».

Soro Guillaume a de plus exprimé sa profonde douleur d’avoir vu les anciens cadres de la rébellion armée être débarqués de leurs postes pour leur attachement à sa personne. « On s’est battu pour la dignité et le droit pour librement sur la terre de nos ancêtres. On s’est battu pour nos cartes d’identité… », a-t-il déclaré, avant d’ajouter ceci : « Donc tout le combat qu’on a mené là, c’est pour qu’un député soit mis en prison pour un tweet ? ». « J’ai honte », a-t-il conclu.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *