Search
lundi 26 juin 2017
  • :
  • :

EBOLA : Derrière le virus, sévit un gros phénomène d’abus sexuel en Sierra Leone

Le virus Ebola n’en finit pas d’entrainer de lourdes conséquences dans les pays où la propagation de ce virus mortel a causé des milliers de morts. En Sierra Leone, derrière le virus Ebola, le phénomène d’abus sexuel a fait résurgence.

En effet, des organisations actives pour l’éradication du virus Ebola dans les foyers d’apparition dont le Programme de développement des Nations unies (PNUD), L’UNICEF et Save the Children , ont publié un dernier rapport sur les conséquences du virus Ebola. Ce rapport mentionne des conséquences liées à des abus sexuels après des mesures prises par le gouvernement Sierra Léonais, de confiner sa population au risque de propagation du virus. Ainsi, le taux de viols sur mineurs auraient atteint un pic dans la période de confinement (mise en quarantaine, fermeture des écoles, couvre-feu) prise par les autorités Sierra Léonais. Le rapport des organisations précitées indique que les jeunes filles ont avoué s’est fait violer pendant cette période. Cela s’explique par une oisiveté accrue qui limitait tout déplacement des hommes.

Une femme devant le test de contrôle de température contre le virus Ebola

                  Une femme devant le test de contrôle de température contre le virus Ebola @Photo @DR

Par ailleurs, hors mis les abus sexuels et toutes autres formes de viol, le degré de pauvreté extrême a poussé certains, jeunes à une forme de prostitution durant cette période de quarantaine. Pour le PNUD, le taux de viols, de prostitution et de grossesses non désiré a explosé avoisinant les 65 % dans certaines régions en Sierra Leone.

A LIRE AUSSI : L’impact d’Ebola sur les femmes selon la BAD

Pour rappel, la Sierra Leone fait partie des pays les plus pauvres d’Afrique ayant connu une longue histoire de guerre. Cette guerre a entrainé, selon l’Unicef, plus de 38,1 % de taux de grossesses précoces. Pour les Nations Unies, c’est plus 60 000 femmes violées durant la guerre civile de 1991-2002. Quant à Amnesty International, c’est plus de 250 000 femmes Sierra Léonais qui ont été instrumentalisées à des fins militaires et politiques. Pour certains observateurs, la mesure de confinement prise par le gouvernement à susciter la résurgence des fléaux, dont les viols, les grossesses précoces. Un combat qui était la priorité des autorités de la Sierra Leone. Vraisemblablement, la polémique autour de cette décision continue d’être une question d’enjeux pour certaines organisations mondiales de lutte contre le virus Ebola.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.