fbpx
Search
dimanche 21 avril 2019
  • :
  • :

Education / Greenpeace Afrique salue les manifestations

Samedi 06

Les écoliers de l’Afrique du Sud, de la Namibie, du Madagascar, du Kenya, de la Tanzanie, du Sénégal, du Ghana, du Nigeria et même dans l’Antarctique se sont engagés, vendredi 15 mars 2019 dans une vague d’activisme passionnante, à travers le monde, en demandant des actions fortes contre le changement climatique à travers le monde.

                                          Les écoliers disent non au changement climatique ©DR 

Ces mouvements ont lieu dans 123 pays à travers le monde. A la suite une déclaration a été produite à l’endroit des décideurs les invitant à adhérer à leur action : « En tant qu’organisation de défense de l’environnement, Greenpeace Afrique est émue et inspirée par les milliers d’écoliers qui manifestent aujourd’hui pour demander que des mesures soient prises contre la crise climatique », indique le communiqué.

L’institution a également souligné que le mouvement mondial pour le climat a atteint de nouveaux sommets aujourd’hui, avec l’entrée en action de la jeunesse. « Les jeunes comprennent clairement que le changement climatique constitue une menace à leurs opportunités et leur avenir. Ils en ont marre des excuses et veulent voir des mesures audacieuses pour éviter un changement climatique catastrophique », mentionne ledit document. Et de se demander « comment les gouvernements peuvent-ils ignorer leur appel ? ».

« Greenpeace Afrique soutient pleinement les grèves des écoles pour le climat. et demande aux gouvernements africains de proposer des actions pour le climat qui soient clairement conformes à l’accord de Paris sur le climat, le gouvernement sud-africain en particulier », lance Greenpeace Afrique à l’endroit des dirigeants africains depuis Johannesburg en Afrique du Sud.

« Greenpeace Afrique soutient pleinement les grèves des écoles pour le climat et demande aux gouvernements africains de proposer des actions pour le climat qui soient clairement conformes à l’accord de Paris sur le climat, le gouvernement sud-africain en particulier », lance Greenpeace Afrique à l’endroit des dirigeants africains depuis Johannesburg en Afrique du Sud. Et de conclure qu’il n’y a pas de temps pour agir.

Advertise – Regionale.info



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *