Search
samedi 25 novembre 2017
  • :
  • :
Tecno Phantom 8

Évasion du Palais de Justice : 7 gardes relevés de leurs fonctions, 20 fugitifs dans la nature

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Le mardi 8 Aout 2017, vingt (20) personnes se sont évadées du palais de justice d’Abidjan-Plateau. Après les premières enquêtes, 7 personnes commis à la surveillance des prisonniers ont été relevées de leurs fonctions et arrêtées.

Les faits se sont produits en fin de matinée. Selon un communiqué du Procureur de la République ADOU Richard Christophe, « des détenus, extraits de la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan, qui venaient de recevoir des notifications en cabinets d’instruction, ont agressé des agents de police ». Cette agression a conduit à l’évasion de vingt personnes, dont dix détenues et dix déférées.

                    Le Procureur de la République ADOU Richard Christophe / © DR 

Évasion et non attaque

Le Procureur n’a pas manqué de préciser « qu’il s’agit bel et bien d’une évasion et non d’une attaque dont le Palais de Justice aurait fait l’objet ». En effet, après cette évasion qualifiée de spectaculaire parce qu’elle s’est déroulée au sein même du Palais de Justice, de nombreuses versions ont circulé sur les réseaux sociaux.

En début de soirée, un communiqué émanant du Directeur de l’administration pénitentiaire Joachim Kongoué Koffi a annoncé que les premiers éléments de l’enquête ont permis de situer des responsabilités. Ainsi, « [ ] les sept agents d’encadrement des établissements pénitentiaires, commis à la surveillance des détenus, qui ont manqué à leurs obligations, ont été relevés de leurs fonctions », précise le communiqué. S’exprimant sur les antennes de la télévision nationale, le Procureur lui a expliqué que sept agents dont « le commandant du palais de justice, ont été relevés de leur fonction et arrêtés ».

« Les recherches ont été immédiatement engagées en vue de retrouver les personnes évadées », cependant, aucune information n’a été communiquée sur l’identité des fugitifs.

Lire aussi : Attaque de l’école de police : Une vidéo non authentifiée suscite la polémique

Situation sécuritaire inquiétante

Au sein de l’opinion publique, l’inquiétude gagne du terrain face à la situation sécuritaire qui se dégrade dans le pays. Dans la nuit du 19 au 20 juillet, un jour avant l’ouverture des huitièmes jeux de la francophonie, une attaque avait été menée contre l’école de police d’Abidjan-Cocody, et des armes emportées. Le 22 juillet, une autre attaque armée a été menée contre la brigade de gendarmerie d’Azaguié, au Nord-Est d’Abidjan, sans occasionner de blessé. Ensuite, dans la nuit du jeudi 3 au vendredi 4 Août, le commissariat de police de la ville d’Adzopé a aussi attaqué par des hommes armés. Plus récemment encore, une évasion a permis à cinq détenus de s’évaporer dans la nature, dimanche dernier, à la Prison de Gagnoa. Quatre gardes pénitentiaires et un civil, soupçonnés de complicité avaient alors été arrêtés.

Lire aussi : Attaque de l’école de Police : 5 soldats radiés et mis à la disposition de la justice




One thought on “Évasion du Palais de Justice : 7 gardes relevés de leurs fonctions, 20 fugitifs dans la nature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.