Search
dimanche 20 août 2017
  • :
  • :
Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

La fermeture de plusieurs médias alimente la théorie de la conspiration contre Sébastien Ajavon

La Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HACA) du Bénin a procédé à la fermeture de plusieurs chaines de télévisions et une radio dans son opération d’assainissement de l’univers des médias. Parmi ces médias, deux appartiennent au roi du poulet béninois, Sébastien Ajavon. De quoi enflammer la polémique au sein des populations.

Le HACA exécute depuis quelques jours une opération de grande envergure qui a déjà conduit les agents de cet organe régulateurs a procéder à la fermeture de 6 chaines de télévision et une radio. Parmi les organes dont les bureaux ont été mis sous scellées, se trouvent la radio Soleil FM et la société Ideal production (Sikka TV) qui appartiennent à Sébastien Ajavon. Seulement voilà, le fait que ces deux organes appartiennent à l’homme d’affaires fait peser un soupçon de « règlement de comptes ». C’est d’ailleurs l’avis de Joël Ahofodji, directeur de l’information de Sikka TV, qui s’est confié à RFI :

« Nous dénonçons l’amalgame au niveau de la HAAC, qui confond une agence de production à une chaîne de télévision de droit français. Cela ressemble à de l’acharnement. Ça vient comme par hasard juste après une affaire dite des 18 kilos de cocaïne et ça sent le roussi », dénonce-t-il.

sebastien-ajavon-regionale-info

                                                                  Sébastien Ajavon /  © DR

Cet argumentaire est battu en brèche par Adam Boni Tessi, le président de la HACA. Selon lui, ce sont les textes du droit béninois qui sont simplement appliqués [Ndlr : Sikka TV émet depuis la France] et aucune main noire n’est en œuvre :

« Notre souci c’est de les amener à respecter les textes… ce n’est pas le droit français qui s’applique au Bénin. Le Bénin aussi a ses textes. C’est tout [ ] Il n’y a aucune main invisible. Il faut qu’ils viennent : on va faire les formalités et ils auront l’autorisation expresse », précise-t-il.

Lire aussi : JUSTICE : Sébastien Ajavon dans le tourment, ses partisans crient au « complot politique »

Parmi les plaintes, la procédure employée par la HACA n’est pas épargnée. Selon Franck Kpotchémè, président de l’Union des professionnels des médias du Bénin, c’est la liberté qui est mise à mal, ce qui ne constitue en aucun cas, la mission de la HACA.

« On ne peut pas…, sans avertissement, sans rien, sans dialogue, aller fermer des espaces de liberté. La Haute autorité de l’Audiovisuel et de la communication a été créée pour protéger les médias. Elle n’est pas là pour fermer les entreprises de presse »

Pour rappel, le 28 octobre dernier, soupçonné de trafic de drogue, Sebastien Ajavon avait été interpellé par la gendarmerie béninoise. Après sept nuits passées en garde à vue, il avait été relâché pour « insuffisance de preuves », lors de sa comparution le 4 novembre.

.

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.