Search
dimanche 16 décembre 2018
  • :
  • :

Forum Africa 2016 : Akinwumi Adesina évoque la suppression des barrières

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Le président égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, a reçu le président de la Banque africaine de développement (BAD) Akinwumi Adesina, le 20 février en marge des travaux du « Forum Africa 2016 », à Charm el-Cheikh, en Egypte.


 Adesina Akinwumi reçu par le Président Abdel Fattah el-Sisi

Adesina Akinwumi reçu par le Président Abdel Fattah el-Sisi


Dans son allocution, le patron de la banque panafricaine a relevé que « la success story africaine » n’a pas encore écrit ses belles pages. Car, le continent continue d’attirer les investisseurs avec une croissance estimée à 4,4% en 2016 et 5% en 2017.


En effet, pour le président du groupe de la Banque Africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina  « pour assurer la croissance économique pérenne de l’Afrique », il faudrait que les barrières entre pays soient supprimées. Il s’exprimait le 20 février, lors de l’ouverture du  forum Africa 2016 à Charm Harm El-Cheikh (Égypte) présidé par les présidents Abdel Fattah Al-Sisi (Égypte), Oumar Bongo (Gabon), Obiang Nguema (Guinée Équatoriale), Mamadou Buhari (Nigeria) et Mohamed-El-Béchir (Soudan).

Dans son allocution, le patron de la banque panafricaine a relevé que « la success story africaine » n’a pas encore écrit ses belles pages. Car, le continent continue d’attirer les investisseurs avec une croissance estimée à 4,4% en 2016 et 5% en 2017. Mais, dit Akinwumi Adesina, l’Afrique pourra profiter largement de son potentiel lorsqu’elle arrivera à surmonter certains obstacles, nommé le « High five ». A savoir, éclairer, électrifier, nourrir et industrialiser l’Afrique et améliorer la qualité de vie des Africains.

Dans son adresse aux participants, Abdel Fattah Al-Sisi a expliqué que ce forum vise à présenter les opportunités d’investissement qu’offre l’Afrique aux entreprises internationales, ainsi qu’à faciliter davantage de synergies et coopérations économiques. Ajoutant que l’Afrique a encore de nombreux défis à relever en matière de développement, qui nécessitent l’implémentation d’actions collectives, notamment par le lancement de projets régionaux d’envergure dans différents secteurs clés.


Pour sa part, le Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, souligne que l’Afrique n’est plus le « continent perdu !» Elle est devenue l’une des économies les plus dynamiques au monde. L’Éthiopie par exemple est maintenant parmi les cinq économies les plus performantes de la planète, révèle-t-il.


La cérémonie d’ouverture a été suivie par une table-ronde présidentielle. Les défis discutés par le panel ont porté sur la récession économique, la baisse des prix du pétrole, les menaces terroristes, les mono-économies, la corruption et le manque d’infrastructures qui impactent négativement sur les perspectives de croissance.


Les hommes d’affaires et les investisseurs, sont venus du monde entier pour partager leurs visions et expériences et débattre des problèmes du développement de l’Afrique dans un contexte économique mondial de plus en plus complexe. De nombreux sujets importants tels que l’énergie, les nouvelles technologies, les services financiers, le commerce, l’agriculture, la pharmacie et la santé ont été abordés.




One thought on “Forum Africa 2016 : Akinwumi Adesina évoque la suppression des barrières

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *