fbpx

France : Karim Benzema toujours dans de beaux draps

Le footballeur français, Karim Benzema, a été entendu dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de blanchiment d’argent dans une société dont il est actionnaire, a-t-on appris des medias français, ce jeudi. Une nouvelle affaire après celle du chantage à la sextape, dans laquelle il est mis en examen.

Après la sextape, c'est le blanchiment d'argent_Regionale.info

                                                            Après la sextape, c’est le blanchiment d’argent_Regionale.info

Cette audition libre par les enquêteurs du Service national des douanes judiciaires (SNDJ) a eu lieu dans une information judiciaire ouverte en septembre pour blanchiment en bande organisée, confiée au juge financier Renaud van Ruymbeke.

L’enquête concerne une société dont le joueur de football est actionnaire, BH Event’s, qui a acheté un fonds de commerce dans le VIIIe arrondissement de Paris pour y construire un restaurant. Les enquêteurs se demandent si cet achat n’aurait pas servi à blanchir des fonds issus du trafic de stupéfiants : «ce sont des écoutes téléphoniques dans le cadre d’une autre enquête pour trafic qui ont permis d’ouvrir cette information judiciaire». La société BH Event’s a revendu ensuite le fonds de commerce, « avec une perte sèche de deux millions d’euros », selon le quotidien Libération.

Toutefois, « aucune mise en cause de Karim Benzema n’est envisagée à ce stade », assure la source judiciaire qui a confirmé l’information à l’AFP. Il a été entendu comme témoin dans cette affaire. En effet, explique Libération, « le footballeur a délégué tout pouvoir à son associé dans la société, et n’aurait pas été mis au courant d’un possible blanchiment, tout en se portant caution à hauteur de 2,5 millions d’euros pour la vente ».

Cette nouvelle convocation devant des enquêteurs risque de plomber les chances de Karim Benzema de rejoindre la sélection tricolore pour l’Euro 2016. Malgré la levée de son contrôle judiciaire, la semaine dernière, dans le cadre de l’affaire du chantage à la sextape (dans laquelle il reste mis en examen), sa réintégration chez les Bleus fait toujours débat. Le ministre des Sports, Patrick Kanner, et le Premier ministre Manuel Valls ont estimé en début de semaine que les conditions « n’étaient pas réunies pour un retour de Benzema en sélection française».



Journaliste-Blogueuse sportive


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *