Search
vendredi 14 décembre 2018
  • :
  • :

La corruption, la pomme de discorde entre le président Buhari et Good luck Jonathan

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Après son élection à la tête du pays le plus grand producteur de pétrole, Muhammadu Buhari, se trouve confronté à un sérieux problème: la corruption.

© Autre presse par DR Le président Muhammadu Buhari

© Autre presse par DR
Le président Muhammadu Buhari

En effet, avec le coût du pétrole qui connait une baisse de plus de 70 % depuis 2014, le pays se retrouve face à une économie de plus en plus fragile. La conséquence , c’est sa monnaie locale, le naira, qui connait également une chute considérable. Le président Buhari avait promis au lendemain de son élection de faire un grand nettoyage au sein de l’administration publique nigériane.

La première mesure prise par le gouvernement a été la hausse du budget national qui a atteint la somme 6.080 milliards de nairas, soit 27 milliards d’euros pour l’année 2016. À ce niveau, le vote de ce budget avait connu un grand retard au niveau du parlement pour des raisons de corruption. Environ 46 milliards de nairas, non justifiés avaient été découvert. M. Buhari avait renvoyé le directeur général en charge de ce budget. Cela démontre l’implication de certains cadres qui ont du mal à rompe avec de vieilles pratiques.

Le mal pourrait être plus profond.

L’administration publique nigériane est en moitié constituée de partisans de l’ex-président Goodluck Jonathan. Un problème auquel serait confronté l’actuel président Buhari.

Ainsi, la nébuleuse affaire d’Olisa Metuh pourrait  témoigner de cette situation conflictuelle au niveau politique.

En effet, le porte-parole du Parti Démocratique Populaire de l’ex-président Goodluck Jonathan serait impliqué dans un grand détournement de budget destiné à la lutte contre Boko Haram. Ce dernier aurait agir sous les ordres de son ancien président, Goodluck Jonathan. Une affaire qui intervient dans un contexte politique très fragile.

L’on est tenté de se demander si le nouveau pouvoir aura assez de cran pour convoquer Goodluck Jonathan, dans l’affaire qui est désormais appelée « l’affaire du détournement des deniers publics ».

Tout porte à croire que cette décision a pris une tournure politique. D’ailleurs pour le directeur exécutif du Policy and Legal Advocacy Centre d’Abuja, y’a pas de doute « c’est une décision politique ».

L’ancien président n’a toujours pas encore été attendu sur cette affaire. Muhammadu Buhari arrivera t’il à convoquer l’ex-président qui ne jouit plus de l’immunité présidentielle ? La question que l’on se pose est de savoir si la corruption pourrait être vraiment combattue dans un pays dont le gouvernement aspire à redresser une économie en perte de vitesse.

Aucune décision n’a été prise pour l’instant par le Président Buhari. Pour certains observateurs, si cette affaire n’aboutit pas, certaines personnalités mises en cause pourraient s’en sortir à bon compte.




3 thoughts on “La corruption, la pomme de discorde entre le président Buhari et Good luck Jonathan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *