Search
dimanche 9 décembre 2018
  • :
  • :

La France avait mis en garde la Côte-d’Ivoire et le Sénégal de menaces Djihadistes

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

La France avait mis en garde la Côte-d’Ivoire et le Sénégal sur d’éventuelles attaques de djihadistes contre les principales villes des pays ouest-africains. L’information émane de personnes familières avec les rapports de renseignement fournis aux différents gouvernements.

Selon trois personnes qui ont demandé à garder l’anonymat le plus absolu, vu que les informations fournies n’ont pas été rendues publiques, les combattants envisageaient d’utiliser des voitures piégées, attaquer des places publiques prisées par les étrangers et cibler des plages.

En 2014, certains des plans ont fait surface selon les propos recueillis par un autre officiel ivoirien qui aurait eu des informations après plusieurs écoutes téléphoniques et les ayant retransmis à des informateurs. Ainsi donc, les enquêteurs auraient eu plus de détails sur les cibles possibles successibles d’être attaquées.  Afin d’y faire face, la Côte d’Ivoire planifiait un éventuel exercice commun avec des casques bleus pour tester son dispositif sécuritaire en cas d’attaques à affirmer l’Organisation des Nations Unies.

Les menaces issues de la signature d’Al qaeda au Maghred Islamique (Aqmi) ont fait plus de 50 morts depuis le mois de novembre dans les capitales du Mali et du Burkina Faso. Les cibles ont été des hôtels où séjournent les étrangers. Par ailleurs, il convient de signaler que Aqmi se déplace de ses bases dans le nord du Mali vers les capitales du sud ayant pour cibles des étrangers.

Pour Cynthia Ohayon, analyste au sein du Groupe de Crise internationale, joint par téléphone à Ouagadougou, au Burkina Faso, les combattants Djhadistes « prolongent déjà leur périmètre au — delà de leur bastion habituel et il n’y a aucune raison pour laquelle ils ne continueraient pas dans le reste de la région ». La Côte d’Ivoire et le Sénégal devraient prendre la menace au sérieux et améliorer leur sécurité, à t’elle mentionnée. Elle a affirmé « la question est, seront — ils assez rapide et efficace. Il reste aussi à voir si les services de renseignement de ces pays disposent de moyens suffisants pour prévenir de telle attaque ».

Le renforcement de la sécurité

Les grandes capitales africaines de l’Afrique de l’Ouest incluant le Sénégal, le Ghana et la Côte d’Ivoire avaient renforcé leur dispositif de sécurité depuis les attaques de l’hôtel Radisson à Bamako, au mali, qui a fait 20 morts. Le groupe Alqaida au Maghreb Islamique avait revendiqué le raid dans un hôte et un café à Ouagadougou dont le bilan en perte humaine était estimé au moins à 30 personnes. Selon les enquêteurs, trois criminels avaient été tués et trois autres autres sont toujours en fuite. Aqmi a juré de s’en prendre aux intérêts français en Afrique occidentale pour justement venger le déploiement de plus de 3 000 troupes françaises dans la région.

West Africa Bloomberg

                                                                                                   West Africa Bloomberg

Par mesure de prudence, une porte-parole de services secrets français a refusé de faire un commentaire, conformément aux règles gouvernementales. De plus, porte-parole du gouvernement ivoirien, Bruno KONE n’avait pas répondu au coup de fil sur son téléphone portable. Même réaction du coté  du Secrétaire d’État de la communication au Sénégal, Ykham MBAYE, qui s’était gardé de tout commentaire après avoir été joint par téléphone également.

L’Afrique de l’ouest a vu un afflux d’armes et de militants islamistes depuis la chute du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi en 2011. Depuis lors, les combattants déplacés dans le nord du Mali profitent de la faiblesse du gouvernement pour attaquer les positions de l’armée. Le président français François Hollande avait envoyé des troupes des avions de combat en 2013 pour repousser les velléités des islamistes.

La région, l’une des plus pauvres d’Afrique, détient d’importants gisements d’or et d’autres métaux et produit environ 60 % du cacao mondial. La Guinée, avec le site de Simandou, a le plus grand gisement inexploité de minerai de fer, et le Ghana et la Côte d’Ivoire sont les deux plus grands producteurs mondiaux de cacao. Une raison de plus pour attirer les forces en quête de moyens de subsistance pour asseoir leur influence. 

Article traduit du site : http://www.bloomberg.com/




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *