Search
dimanche 9 décembre 2018
  • :
  • :

La jeune kamikaze ne faisait pas partie des lycéennes enlevées par Boko Haram

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Le vendredi 25 mars dernier, deux jeunes filles portant des ceintures explosifs avaient été arrêtées dans l’extrême nord du Cameroun, avant qu’elles ne fassent exploser leurs charges. Dès leur arrestation, l’une d’entre elles avaient affirmé faire partie des filles enlevées par Boko Haram, dans la ville nigériane de Chibok, en 2014.

Boko-Haram-regionale.info

                                                                                                         Boko-Haram-regionale.info

Elles portaient des ceintures avec des charges de 12 kg d’explosifs. N’eut été la témérité des membres du comité de vigilance de la localité de Limani (extrême-nord), l’on aurait dénombré un grand nombre de victimes. Dès leur remise à la Force Multinationale Mixte (FMM), la plus jeune, âgée de 12 ans, a affirmé faire partie des 276 filles enlevées à Chibok, avant d’ajouter qu’elle venait de Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno, au Nigeria. Seulement, dès le lendemain, les autorités camerounaises ont démenti cette information, émettant des doutes quant à la véracité de cette information. En effet, la Fondation Murtala Muhammed (MMF), après vérification de l’information, a conclu que la jeune fille ne correspond pas à « la description d’aucune des filles disparues de Chibok ». Cela après examen des photos de ces jeunes filles, dont plus personne n’a de nouvelles depuis leur enlèvement.

Lire aussi :  NIGERIA : L’armée libère 859 otages de Boko Haram

Le 14 avril 2014, 276 lycéennes avaient été enlevées par les combattants de la secte Boko haram. La vague d’indignation avaient pris des proportions internationales sans toutefois faire avancer les recherches de ces jeunes filles.

Dans la nuit du 14 au 15 avril 2014, 276 lycéennes sont enlevées par des combattants islamistes de Boko Haram. Presqu’un mois plus tard, le 12 mai 2014, la secte avait mis en ligne une vidéo dans laquelle le chef de la secte, Abubakar Shekau, apparaissait avec une centaine de jeunes filles, présentées comme certaines des lycéennes de Chibok. Depuis, les nombreuses recherches n’ont pas donné de résultat.




One thought on “La jeune kamikaze ne faisait pas partie des lycéennes enlevées par Boko Haram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *