Search
dimanche 9 décembre 2018
  • :
  • :

La transformation économique au cœur de la conférence des ministres de la Commission économique pour l’Afrique (CEA)

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

La Conférence des ministres a débuté hier lundi 04 avril 2016, au siège de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) à Addis-Abeba (Éthiopie). Une attention particulière a été portée au niveau des encourageants sur la transformation économique du continent.

Discours d'ouverture de la Conférence des ministres de la CEA par le PM éthiopien

         Discours d’ouverture de la Conférence des ministres de la CEA par le PM éthiopien

« Notre avenir est entre nos mains », a déclaré le premier ministre de l’Éthiopie, Haile Mariam Desalegn, lundi, dans son discours d’ouverture de la Conférence.

Selon un communiqué publié par les organisateurs du forum, à propos de l’harmonisation et la coordination des différentes politiques visant à atteindre les objectifs de Développement durable et la Vision africaine 2063, M. Desalegn a exhorté les États africains à agir de manière « stratégique, ambitieuse, rigoureuse et disciplinée » pour parvenir à un développement durable pour leurs peuples

La Présidente de la Commission de l’Union africaine, Dr Nkosazana Dlamini Zuma, a demandé aux pays africains de renforcer les compétences des jeunes dans les domaines scientifiques et techniques. « Avec une moyenne de plus de 90 pour cent des diplômés en sciences sociales, l’innovation et les compétences scientifiques de l’Afrique ne marchent pas », a-t-elle observé.

Dr Zuma a noté qu’avec une population de jeunes en plein essor, l’Afrique n’a pas d’autre choix que de rechercher des solutions. Elle a également évoqué l’industrialisation et la diversification de l’économie, ainsi que la nécessité de réduire la dépendance à l’importation et de créer des centres régionaux d’innovation.

Quant au Secrétaire exécutif de la CEA, Carlos Lopes, il a fait que la croissance actuelle de l’Afrique n’a pas généré suffisamment d’emplois et n’a pas été suffisamment inclusive pour réduire sensiblement la pauvreté. Les fluctuations des prix ont également rendu une telle croissance vulnérable.

Par conséquent, l’Afrique devrait se pencher sur « la transformation structurelle, en se concentrant sur le potentiel offert par l’industrialisation, » a -t-il dit. M. Lopes a suggéré que l’Afrique devrait considérer un élargissement des chaînes de valeur pour ses produits de base et attirer en Afrique des industries manufacturières à petite valeur ajoutée d’Asie.

Quelque 800 dirigeants participent à cette session qui s’achève ce mardi . La Conférence des ministres est un événement annuel organisé conjointement par la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique et la Commission de l’Union africaine




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *