Search
mercredi 12 décembre 2018
  • :
  • :

Africa’s Pulse : L’Afrique subsaharienne réalise le taux de croissance du PIB le moins élevé depuis 2009

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

L’auteur d’Africa’s Pulse de la Banque mondiale, Mme Punam Chuchan-Pôle a rendu public le lundi 11 avril 2016 son rapport par depuis Washington. Il a mis en exergue un taux de croissance du PIB le moins élevé depuis 2009 réalisés en 2015 par l’Afrique subsaharienne.

Mme Punam Chuhan-Pôle économiste en chef à la Banque mondiale et auteur de la dernière édition d’Africa’a Pulse @DR Autre Presse

Mme Punam Chuhan-Pôle économiste en chef à la Banque mondiale et auteur de la dernière édition d’Africa’a Pulse @DR Autre Presse

En effet en 2015, l’activité économique en Afrique subsaharienne a enregistré un taux de croissance moyen du produit intérieur brut (PIB) de 3 % au lieu des 4,5 % en 2014 », selon Mme Punam Chuhan-Pôle économiste en chef à la Banque mondiale et auteur de la dernière édition d’Africa’a Pulse.

Il faut rappeler qu’Africa’s Pulse est une publication semestrielle de la Banque mondiale sur les perspectives économiques de l’Afrique subsaharienne.

Pour Mme Chuhan-Pôle, deux principales causes sont à l’origine de cette contreperformance : l’effondrement des cours du baril de pétrole et la baisse du prix des matières premières. Aussi, elle est revenue sur d’autres facteurs qui sont à la base de la baisse du taux de croissance dans certains pays. C’est le cas des pénuries d’électricité, de l’incertitude politique, de la sécheresse et des menaces sur la sécurité nationale. Cependant, pour Mme Chuhan-Pôle, certains pays ont eu des taux de croissance robustes comme la Côte d’Ivoire, le Kenya, l’Éthiopie et le Rwanda.

Pour Mme Punam, les prévisions pour le continent en 2016 demeurent moroses avec un taux de croissance de seulement 3,3 %. « Ce qui est bien en dessous du dynamisme que l’Afrique subsaharienne a connu entre 2003 et 2008 », souligne t’elle.

Pour inverser la courbe, elle recommande aux pays africains de diversifier les sources de la croissance. « Il serait important d’examiner les dépenses publiques », souligne Chuhan-Pôle. Elle a également soutenu que l’ajustement budgétaire ne doit pas être aveugle vis-à-vis de la pauvreté. C’est pourquoi elle recommande aux États de continuer à mettre l’accent sur les infrastructures comme l’énergie. Sur un autre plan, Mme Punam chuchan -Pôle est favorable à une urbanisation de l’Afrique. Ceci peut être un potentiel pour la croissance. Pour ce faire, elle préconise que « les politiques règlent les problèmes structurels de la mauvaise répartition du foncier, de l’urbanisation morcelée et de la faible productivité ».




One thought on “Africa’s Pulse : L’Afrique subsaharienne réalise le taux de croissance du PIB le moins élevé depuis 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *