Search
samedi 27 mai 2017
  • :
  • :

MALI / Télécoms : Vers la création de l’Agence de gestion du fonds d’accès universel (AGEFAU)

L’Autorité malienne de régulation du secteur des télécommunications/TIC et des postes (AMRTP) pourrait se voir retiré l’une des fonctions qui lui incombent. Le Ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré, veut lui retirer la gestion du Fonds d’accès universel.

Le Fonds d’accès universel est collecté auprès des opérateurs télécoms et sert à l’amélioration de la qualité des services offerts par les différents acteurs du domaine. En effet, il est reproché à l’AMRP d’effectuer une gestion opaque de ce fonds. En 2013, après un audit du Bureau du vérificateur général (BVG), il avait été constaté le paiement de la contribution du Mali au Fonds mondial de solidarité numérique estimé à 199,41 millions de F CFA. Cette disposition n’est pourtant pas prévue par les lois du pays. De plus, le fonds d’accès universel qui doit permettre l’amélioration des infrastructures télécoms, surtout dans les zones rurales, peine à jouer ce rôle.
C’est donc pour assainir ce secteur que la création de l’Agence de gestion du fonds d’accès universel (AGEFAU) a été soumise à l’appréciation des parlementaires.

                                               Image utilisée à titre d’illustration / © DR 

L’ordonnance N°2016-001/PRM du 26 janvier 2016 portant création de cette agence a été défendue à l’assemblée nationale par le Ministre de Arouna Modibo Touré. Une fois la loi adoptée, puis l’agence créée, elle aura pour mission entre autres, de faciliter la mobilisation des ressources additionnelles auprès des partenaires publics et privés, séparer les fonctions de régulation de celles de mise en œuvre de la politique de développement des réseaux et des services de télécommunication par la réalisation des activités concrètes dans ce sens, recentrer l’autorité de régulation sur ses fonctions premières…

Il faut préciser que le Fonds d’accès universel était jusque-là constitué à partir des contributions des opérateurs de télécommunication, à hauteur de 1% de leurs chiffres d’affaires. Sa fonction première reste la mise en œuvre d’actions concrètes pour faciliter l’accès des populations aux services de télécommunications.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.