Search
vendredi 22 septembre 2017
  • :
  • :
Banner Tecno – 30 jours
Archibat 2017

Niger : 14 civils tués dans une bavure de l’armée

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Les victimes sont des paysans qui ont été confondus à des combattants de Boko Haram, alors qu’elles retournaient sur les terres après deux années d’absence. L’armée a évoqué une « bavure militaire » avant de révéler qu’elle n’était pas informée du retour des villageois dans cette zone sensible.

La région de Diffa est le théâtre depuis plusieurs années de nombreuses attaques du groupe islamique nigérian Boko Haram. En 2015, les habitants du village d’Abadam, à la frontière du Niger et du Nigeria, avaient abandonné leur région, pour fuir les exactions des djihadistes de Boko Haram. Cependant, leur retour était ignoré des militaires nigérians qui ont déclaré cette région, « zone rouge », à cause de la fréquence des attaques perpétrées par Boko Haram. Une récente opération du groupe djihadiste, non loin de ce lieu, avait coûté la vie à 9 soldats de l’armée nigériane.

                                         Image utilisée à titre d’illustration / © DR

Suite à cette bavure de l’armée nigérienne, une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances exactes de la mort des réfugiés.

Cette zone reste l’une des plus visées par le groupe Boko Haram  à cause de sa position géographique.  Face à cette situation, l’armée nigérienne recommande à ses soldats un maximum d’alertes pour combattre terroristes. Elle a également procédé à la délocalisation des populations dans des camps de réfugiés. Ainsi les autorités ont affirmées que toutes personnes se trouvant dans cette zone sont considérée comme un combattant appartenant à Boko Haram.

Lire aussi : NIGER : Au moins 5 soldats tués et 3 autres blessés dans une attaque à la frontière malienne

Il faut rappeler que cette bavure n’est pas la première du genre. En effet,  dans sa lutte contre les islamistes de Boko Haram, l’aviation nigériane avait bombardé une mosquée, croyant avoir ciblé un regroupement des combattants djihadistes de Boko Haram.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.