Search
vendredi 24 novembre 2017
  • :
  • :
Tecno Phantom 8

NIGERIA : Boko Haram enlève 22 femmes dans deux villages

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

La secte islamiste Boko Haram continue de faire des victimes au Nigeria. Au cours de deux raids menés le jeudi 30 et le vendredi 31 avril 2017, ce sont 22 femmes qui ont été enlevées.

Le jeudi 30 avril, selon une information relayée par Jeune Afrique, les combattants de Boko Haram ont mené une attaque contre le village de Pulka, à la frontière camerounaise. Ils ont emporté avec eux 18 jeunes filles dont l’âge moyen se situe autour de 17 ans. L’arrivée des combattants dans ce village, à l’aube, a provoqué un vent de panique au sein des populations qui n’ont eu d’autre recours que de s’enfuir dans la forêt. C’est ce qui ressort du témoignage d’un responsable local, qui s’est confié à l’AFP :

Ils « sont arrivés dans des pick-up autour de 06H00 (GMT+1) et ont pris 14 jeunes filles âgées de 17 ans et moins pendant que les résidents fuyaient dans la brousse [ ] Ils ont attrapé quatre autres filles qui fuyaient [ ] dans la brousse à l’extérieur du village » a-t-il expliqué.

Boko-Haram-regionale.info

                                                            Boko-Haram / © DR 

Le vendredi 31 avril, une autre attaque a été menée à l’aube, à quelques encablures du village de Dumba, non loin du lac Tchad. Selon le témoignage de riverains, cette descente musclée fait suite au refus d’un habitant de village de verser de l’argent aux jihadistes, pour bénéficier de leur protection. Quatre femmes ont été emportées :

« Quand les hommes armés de Boko Haram sont venus pour l’argent, ils se sont rendu compte qu’il était parti en emmenant tout et ils ont décidé de le poursuivre à moto [ ] Ils l’ont rattrapé près de Dumba où ils l’ont massacré et ont abattu 50 de ses bovins (…) Ils ont emmené quatre femmes de sa famille et le reste du troupeau » a expliqué Adamu Ahmed, membre d’une milice anti-Boko Haram.

Ces deux rapts interviennent dans une période où le groupe tente tant bien que mal de donner de la voix pour marquer sa présence et son influence. Dans un communiqué de l’armée nigériane, datant du samedi 1er avril, le gouvernement de l’Etat fédéral annonce la reddition de Bulama Kailani Mohammed Metele, identifié comme étant un membre de premier rang de la secte nigériane Boko Haram. Outre lui, deux autres hommes ont été arrêtés. Il leur est reproché d’avoir mené une opération de reconnaissance dans les villages de Kareto et Danglati, en vue d’une éventuelle attaque.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.