Search
samedi 21 octobre 2017
  • :
  • :

Nuit du destin : L’ambassade des États-Unis offre des vivres à la communauté Albani d’Abobo

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

En prélude à la commémoration de la fête du Ramadan, l’ambassade des États Unis en Côte d’Ivoire a exprimé sa solidarité aux musulmans par des dons à la communauté Albani du quartier Abobo Derrière Rail. Cette action a permis au donateur, Andrew Haviland, par ailleurs chargé d’affaire de l’ambassade américaine à Abidjan, de marquer les « sentiments chaleureux » du peuple américain pour la communauté musulmane. 

C’est suivant la tradition que la communauté musulmane a décidé de célébrer la nuit du destin, ce jeudi. Des festivités marqueront donc la fin du jeûne que les fidèles ont entamé depuis le 27 mais 2017, selon les recommandations du Saint Coran.

Ainsi, pour aider les fidèles démunis, l’Ambassade des États-Unis en Côte d’Ivoire a fait un don de vivres à la mosquée Albani d’Abobo. Ce sont plusieurs sacs de riz, des bidons d’huile et autres produits de première nécessité qui ont été offerts par Andrew Haviland.

     Cette action a permis au donateur, Andrew Haviland, de marquer les « sentiments chaleureux » du peuple américain / ©

Pour le donateur, il s’agit d’un « geste symbolique » visant à montrer l’attachement de son pays à la compassion, la charité et la tolérance. Des valeurs enseignées par l’Islam et qui, selon lui, font partie des fondements du Ramadan.

De plus, Andrew Haviland, a saisi l’occasion pour exhorter la communauté musulmane à ne pas « céder aux forces qui sèment la division, des actes de terrorisme ».

« Il y a des groupes et des individus qui prônent la division, l’intolérance et la haine. Bannissons ces divisions, mettons de côtés nos différences politiques, culturelles pour avancer ensemble », a-t-il conseillé.

Le diplomate américain a conclu son intervention par l’importance de  prendre soin des démunis, mais aussi  d’avoir la liberté d’exprimer ses croyances, en appelant les différentes communautés religieuses à une « cohabitation pacifique ».

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.