fbpx

Procès de l’assassinat de Robert Guéï : La défense demande  » La relaxe pure et simple  » des accusés

La défense a, dans son plaidoyer de ce mercredi 17 février, plaidé « non coupable » pour leurs clients. Les avocats des 22 prévenus cités dans l’assassinat du général Robert Guéï, de son épouse et de sa garde rapprochée demandent par conséquent leur relaxe « pure et simple ».

« Ce procès a brillé par l’absence de preuves à charge. Il n’y a pas de preuves à charge contre les accusés » a déclaré Me Rodrigue Dadjé, un des avocats de Dobgo Blé. Pour lui , les témoignages ne suffisent pas pour condamner ces prévenus. Les preuves présentées sont insuffisantes et légères. Les prévenus sont « accusés par déduction » et la complicité établie par l’accusation est mince. « La complicité suppose un acte actif et matériel en droit pénal. Nos clients ont agi en conformité avec l’article 7 du code militaire » affirme la défense avant de déclarer : « on s’est attelé à nous fabriquer des témoins… Leurs déclarations sont divergentes ou contradictoires pour les mêmes faits et les mêmes lieux et les mêmes périodes de temps ». C’est donc à juste titre que la défense demande la « relaxe pure et simple » des prévenus.

La défense demande la relaxe des accusé

La défense demande la relaxe des accusés

Quant à Me Dirabou N’Kayo, avocat de Séka Yapo, le « mystère » sur la mort du général Guéï demeure. Il est inconcevable que cette mort soit imputable à son client. Il dénonce par ailleurs « un dossier vide. »

Avant la défense, le procureur militaire, Ange Kessy avait requis mardi dernier, la perpétuité pour Bruno Dogbo Blé et Anselme Séka Yapo. « Séka a fait exécuter un plan qui était ourdi au plus haut sommet de l’État (…) Gbagbo savait, c’est lui qui a donné l’ordre de tuer le Général Guéï Robert », a t’il affirmé dans son réquisitoire.



Web redacteur ; Journaliste Radio


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *