Search
dimanche 28 mai 2017
  • :
  • :

Simone Gbagbo pourrait être condamnée pour son silence

La « passivité »  de Mme Gbagbo durant la crise postélectorale peut-elle lui être préjudiciable ? Pour les avocats de la partie civile, cela ne fait aucun doute. Ils ont dénoncé, ce lundi 27 mars, le silence de l’épouse de l’ex chef d’Etat ivoirien alors qu’elle avait le « pouvoir » d’appeler au calme.

 « En aucun moment, elle n’a donné des instructions dans le sens de calmer la situation, elle ne l’a pas fait alors qu’elle avait le pouvoir », a dénoncé l’un des avocats de la partie civile, Maître Vafongbé Diomandé.

Pour lui donc, de sa position, l’épouse de Laurent Gbagbo aurait dû lancer un mot d’ordre de paix et de retenue. Bien contraire, poursuit – il, elle a utilisé le mot ‘’résistez’’.

Dans sa plaidoirie, la partie civile à démontrer quel point, Mme Gbagbo était influente, notamment auprès des chefs des forces armées. Pour elle en effet, Simone Gbagbo a rencontré a plusieurs reprises les commandants des armées bien plus que son époux.

« c’est elle-même qui a informé le Premier ministre Aké Ngbo, elle a rencontré 44 fois le ministre de la défense, çà démontre de sa puissance », estime l’avocat qui conclut ,

« Nous avons démontré qu’elle s’est abstenue, le parquet qui poursuit va encore démontrer davantage».

Ce lundi 27 mars 2017 a marqué l’absence des avocats commis d’office pour la défense de Mme Gbagbo. Ceux dénoncent la disparition de plus de 10000 pièces dans le dossier. 

 

 



Web redacteur ; Journaliste Radio


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.