Search
dimanche 16 décembre 2018
  • :
  • :

Accord de paix au Mali : « Suliman Baldo, le gouvernement et les groupes armés, qui sont signataires à l’Accord de paix, respectent leurs engagements »

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Le Mali a enregistré des avancées notables dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation et même au niveau des combats entre groupes armés. C’est bien ce qui a noté Suliman Baldo , expert indépendant sur la situation des droits de l’homme.

En visite au Mali du 21 au 02 mars 2016,  pour la sixième fois , M. Baldo a au terme de sa visite, salué la volonté des partis à respecter le cessez — le feu. « Il faut saluer la dynamique actuelle. Le gouvernement et les groupes armés, qui sont signataires à l’Accord de paix, respectent leurs engagements envers le cessez-le-feu et continuent à prendre part à des négociations sérieuses pour faire avancer le processus », s’est-il réjoui, mentionnant toutefois « des retards dans la mise en application des mesures prévues dans les accords pour renforcer la dévolution de pouvoirs aux instances régionales et locales ».

image DR

Image DR

Ces manquements, expliquent-ils, ont favorisé plusieurs attaques de déstabilisations des groupes armés contre les forces maliennes (FAMA) et la mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA). La dernière en date étant celle du 12 février dernier ou la MINUSMA enregistrait l’une des ses pires attaques dans le pays, 7 caques Bleus avaient péri et une cinquantaine d’autres blessés. « Les terroristes arrivent encore à mener certaines actions dans le pays. Ils donnent l’impression de renforcer leur savoir, d’adapter leurs actions à nos modes d’action. Donc à nous de savoir nous adapter, d’être plus agressifs et pro — actif ». Avait affirmé le Général Hervé Gomard , chef d’État major de la MINUSMA. L’expert indépendant y voit donc des risques locaux grandissants de violence intercommunautaire.

« On note aussi des agressions contre la circulation des personnes, des biens civils et des humanitaires attribuées à des narcotrafiquants et autres bandits armés », a ajouté Suliman Baldo , se préoccupant par ailleurs de l’insécurité qui règne dans certaines zones du nord du Mali. « Je me suis rendu à Mopti, dans le centre du Mali, et j’ai recueilli des informations inquiétantes faisant état de graves violations et d’abus des droits de l’homme commis contre la population par des jeunes gens radicalisés et armés. Ces derniers agissent contre les représentants de l’État, y compris les enseignants et les écoles, et contre les chefs traditionnels qui s’opposeraient à leur idéologie », illustre t’il. Il annonce en sus, son rapport sur la situation des droits de l’homme au Mali le 22 mars prochain.



Web redacteur ; Journaliste Radio


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *