fbpx

Tennis/ Dopage : La numéro 7 mondiale, nouvelle victime

Le dopage continue de faire des victimes dans le monde du sport et cette fois, c’est encore  le tennis qui est touché.

Maria Sharapova à la conférence de presse lundi

                                                                Maria Sharapova à la conférence de presse lundi

La tenniswoman Russe de 29 ans, Maria Sharapova, a été contrôlée positive au meldonium lors de l’Open d’Australie, en janvier dernier.

Cette hormone contre le diabète, interdite depuis janvier par l’Agence Mondiale Antidopage (AMA), peut en effet améliorer les performances sportives. La joueuse de tennis en consommait depuis 2006, avant son interdiction par l’AMA, en janvier dernier.

Suspendue à titre conservatoire à partir du 12 mars 2016, la numéro 7 mondiale a tenue une conférence de presse le lundi 07 mars 2016 pendant laquelle elle s’est expliquée : «J’ai pris ce médicament pour la première fois en 2006, a-t-elle déclaré. J’avais eu plusieurs problèmes de santé à l’époque. Je tombais malade très souvent, je souffrais d’une carence en magnésium et il y avait du diabète dans ma famille. J’avais des signes de diabète. Ce médicament est l’un de ceux, parmi d’autres, que j’ai pris. Il n’était pas sur la liste des produits prohibés par l’Agence Mondiale Antidopage, mais le règlement a changé le 1er janvier dernier et ce médicament est devenu un produit prohibé, ce que je ne savais pas

Selon le règlement de la Fédération Internationale de Tennis, «il est de la responsabilité de chaque joueur ou joueuse de savoir quels produits sont interdits

«J’ai fait une énorme erreur, a-t-elle ajouté. J’ai laissé tomber mes fans, j’ai laissé tomber le sport. Je ne veux pas que ma carrière se termine de cette manière. J’espère que j’aurai une autre chance.» 

A la suite de ce contrôle positif, quelques sponsors de la Russe ont commencé se retirer peu à peu. En effet, après Nike, c’est maintenant l’Horloger Suisse, Tag Heuer, qui se sépare de la joueuse en relevant que le contrat les liant ne serait pas renouvelé : «Maria Sharapova était sous contrat avec Tag Heuer depuis le 31 décembre 2015. Nous étions en négociations pour étendre notre collaboration. Au vu de la situation actuelle, la marque suisse a suspendu toutes les négociations et a décidé que le contrat ne serait pas renouvelé», a déclaré le groupe LVMH (propriétaire de Tag Heuer) dans un communiqué.

Mis au point dans les années 1970 en URSS, le produit agite depuis plusieurs semaines les autorités antidopage : la Suédoise Abeba Aregawi, championne du monde 2013 du 1 500 m, la patineuse russe, Ekaterina Bobrova, la biathlète ukrainienne, Olga Abramova, le coureur de la formation cycliste russe, Katusha Eduard Vorganov ont tous été contrôlés positifs au meldonium.



Journaliste-Blogueuse sportive


5 thoughts on “Tennis/ Dopage : La numéro 7 mondiale, nouvelle victime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *