Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Transport lagunaire : La « guerre » entre particuliers, Etat et ténors du pouvoir s’intensifie

Fini les interminables heures d’attentes dans les longues files indiennes, souvent mal organisées, sur les quais de la Société de Transport Abidjanais (SOTRA) et des pinasses. En effet, nous constatons une concurrence rude, ces temps-ci, entre les bateaux bus de la SOTRA, de la Société de transport lagunaire (STL), de la Compagnie ivoirienne des Transports Lagunaires (CITRANS) et des pinasses. Il est indéniable que la libéralisation de ce secteur fait énormément de biens aux populations de la commune de Yopougon qui souffraient de l’embouteillage, au niveau de l’autoroute.

Dans cette rude concurrence, les pinnasses ne jouissent que de l’emplacement de leur quai de débarquement (base de la police maritime à Treichville) qui est à proximité du port. De ce fait, ce moyen de transport apparaît très pratique pour le personnel dudit port qui, disons-le, est impressionnant en terme de chiffres.

Quant à la SOTRA, elle tirera son épingle du jeu non seulement grâce à ses quais (déjà connus), à ses tarifs (150 F CFA / voyage et 3000 F CFA / mois pour le forfait scolaire) et à ses heures d’ouvertures et de fermetures (5h30 – 21h30). Elle pourra aussi compter sur sa flotte de bus (plus de 500 qui desservent la ville d’Abidjan).

                La SOTRA tirera son épingle du jeu grâce à ses quais déjà connus / © DR 

Concernant les deux nouveaux entrants (STL & CITRANS), ils misent sur le confort et la rapidité. Les bateaux de la STL, par exemple, bien que confortables (wifi, tv…) n’ont aucune chance face à la vitesse supersonique des vedettes de CITRANS, qui relient la gare lagunaire d’Abobodoumé à celle du Plateau en 4 minutes environ.

En outre, ces deux nouveaux acteurs misent particulièrement sur leur personnel naviguant, composé essentiellement des marins, royalement vêtu de blanc scintillant de la marine marchande, animés du zèle d’un débutant face au personnel démotivé de la SOTRA et d’un langage peu courtois de ceux des pinasses.
En clair, le transport lagunaire prend un nouveau visage avec l’entrée de la STL de Adama Bictogo, et de CITRANS de Zoumana Bakayoko.

Là où la différence pourrait se faire sentir, c’est au niveau des tarifs. Si ceux de la STL sont déjà connus (200 et 500 F CFA), CITRANS s’est dotée d’une politique de lobbying – en attirant la clientèle des jeux de la francophonie par un forfait illimité pendant la durée des jeux (1000 F CFA la carte ) – et aussi provocateur que cela parait, ses bateaux embarquent et débarquent sur le quai de Treichville, jalousement gardé par la SOTRA. Quant aux tarifs, il règne encore un flou autour de ceux qui seront appliqués après les Jeux de la Francophonie.
Néanmoins, CITRANS annonce des longues distances telles que Jacqueville, Yopougon académie, M’pouto….).

Il convient alors de se demander si les pinasses des particuliers et la SOTRA de l’État tiendront face aux joyaux flottants des ténors du pouvoir.

Personnellement, j’apprécie à sa juste valeur cette libéralisation de ce secteur, tout en espérant que ce vent de concurrence contaminera le secteur de l’énergie électrique(CIE) et de l’eau potable (SODECI).

Pour finir, il serait mieux d’envisager la mise en place d’une structure semblable à celle qui gère l’aviation (ANAC, Agence Nationale de l’Aviation Civile), pour encadrer cette course sur la lagune dans le but d’empêcher d’éventuels drames.

 

Une contribution de ROGER DELORD ADOU

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS


Tribune de libre expression dédiée aux internautes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.