Search
dimanche 9 décembre 2018
  • :
  • :

Transport Urbain : Des entreprises de VTC à l’assaut du marché du transport à Abidjan

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Le transport urbain à Abidjan fait peau neuve avec la présence de nouveaux concurrents de taxis alliant technologie et innovation.

Depuis 2015, le marché du transport urbain connait de plus en plus de nouveaux acteurs. Des voitures flambant neuves avec chauffeurs. Dans la stratégie du gouvernement ivoirien de donner une image plus moderne de sa capitale économique surtout avec le retour du siège de la Banque Africaine de Développement (BAD) et d’autres grands groupes présents à Abidjan, on comprend aisément l’accueil favorable de ces nouveaux acteurs sur un marché où les acteurs traditionnels n’ont pas fières allures. Ainsi, le secteur du transport urbain connait des acteurs qui ont lancé leur application mobile pour la réservation de voitures avec chauffeur (VTC).

Qui sont les acteurs du marché des VTC à Abidjan ?

Comme tous les secteurs en explosion, on observe une prolifération de service de VTC à Abidjan. La capitale économique ivoirienne est la première puissance de l’Union économique monétaire ouest-africaine (UEMOA). Un marché dont la croissance s’établit entre 10 % et 15 % selon les études de la Banque mondiale. Dans ce contexte de croissance, on comprend mieux la présence de nouveaux acteurs sur le marché du transport urbain pour bousculer les codes.

Taxi Jet, Le Uber ivoirien qui veut bousculer les codes du transport à Abidjan

chauffeur-de-vtc-regionale.info jpg

                                                    Photo à titre d’illustrattion

Alliant technologie et innovation, l’application taxi jet est très pratique. Elle permet de mettre directement en relation le client et le chauffeur de taxi. Cette Start-up a été lancée à Abidjan par deux ivoiriens. Pour les promoteurs, cette application viendra lutter contre l’insécurité et les arnaques de certains chauffeurs de taxi classiques.

Les initiateurs de ce concept espèrent rapidement s’étendre sur le marché : « nous souhaiterions couvrir 10 % du trafic des taxis » souligne Issa, l’un des cofondateurs. Aussi, les jeunes entrepreneurs ambitionnent de disposer également de leur propre flotte. Les premiers chiffres de l’application sont encourageants. Selon les fondateurs de Taxis Jet, c’est une centaine d’utilisateurs qui utilisent leur application chaque jour. Ils attendent rassembler d’ici les mois à venir, trente mille utilisateurs. À long terme, le projet sera également proposé dans les autres grandes villes des pays de la Cedeao.

Africab, la nouvelle façon de se déplacer à Abidjan

Cet acteur à choisi quant à lui de pénétrer le marcher du transport urbain grâce à une vraie campagne médiatique à l’image de grandes firmes en hexagone. Africab rime avec la marque Toyota. Dans toutes les rues d’Abidjan, on aperçoit clairement de belles voitures « tatouée » Africab avec des couleurs jaunes.

Vangsy Goma, Patron d’Africab, a investi plus de 1 milliard de F CFA ( 1,5 million d’euros). Le business modèle de cette start-up s’apparente aussi à celui de Taxi Jet. En effet, Africab détient sa propre flotte de parc automobile et de salarié avec Chauffeurs. Elle dispose plus d’une soixantaine de voitures. Elle a signé un partenariat avec la Compagnie française de l’Afrique de l’Ouest (CFAO) ainsi qu’Addison Lee, l’une des plus grandes entreprises prime de minicab de Londres.

En terme de stratégie, Vangsy Goma espère doter sa flotte de à 180 véhicules à la fin de l’année 2016, pour ainsi dépasser ses concurrents.

IZICAB, l’art de se déplacer en toute sérénité

Contrairement aux deux premières start-ups, Izicab est une start-up d’Orange Fab Côte d’Ivoire. Elle met à disposition des véhicules haut de gamme avec chauffeurs, pour les transports à Abidjan. La petite différence avec Taxis Jet et Africab, Izicab est aussi présente en région parisienne offrant les mêmes services que ceux d’Abidjan. Elle est dotée également d’une plateforme intuitive, multi-supports et destinée à tout utilisateur. Disponible sur l’Apple Store et Google play, cette jeune pousse veut également partager le marché des VTC à Abidjan avec Taxi Jet et Africab.

TITUCE DRIVE se déplacer devient si simple !

Tituce Drive est une application de réservation de taxi en Côte d’Ivoire. Elle a également le même business modèle que ses concurrents. Par compte, la réalisation du site a été réalisée par Good-ID, une agence de communication digitale basée à Paris. L’innovation apportée par Tituce, c’est qu’elle couvre la ville d’Abidjan et ambitionne prochainement d’ouvrir des villes comme Brazzaville, Nairobi, Abuja, Niamey et même à l’international à savoir Chicago et Washington D.C. wait and see.

Aperçu d'une application intuitive

                                               Aperçu d’une application intuitive

Peut-on parler de succès ?

Il serait  précoce pour faire un bilan à mi-parcours de ces start-ups spécialisées dans le VTC. Néanmoins, à Abidjan, on retrouve aussi une multitude de services de VTC et le nombre ne cesse d’augmenter. Les raisons de cette augmentation sont simples. Sous l’impulsion des acteurs du marché, les démarches pour devenir VTC seraient standardisées et simplifiées par les autorités ivoiriennes.

La deuxième raison pourrait être que malgré l’image sulfureuse du secteur, il existe un plébiscite des services de VTC pour une certaine tranche de la population abidjanaise.

Par ailleurs, le constat c’est qu’au lieu de casser les prix comme cela se pratique dans les grandes villes européennes, la plupart des acteurs du VTC à Abidjan s’adressent à une clientèle plutôt aisée. Ces prix se justifient par la dotation de ces compagnies de véhicules flambant neufs, géolocalisés, équipés de tablettes, de prises pour charger les téléphones, et surtout le professionnalisme des chauffeurs. Choses quasi impensables avec les taxis traditionnels.

Une concurrence déloyale à l’horizon ?

Il parait prématuré d’estimer le potentiel de ce marché. Pour le moment, les nouveaux acteurs du VTC ivoiriens n’effectuent que quelques centaines de courses par jour. Pour les chauffeurs de Taxi classiques, aucune concurrence déloyale n’est à constater, bien que certains pays africains ont eu affaire à un vague de mécontentement au lancement du géant américain Uber dans leurs capitales, en l’occurrence le Kenya et l’Afrique du Sud.

Les mois et les années à venir permettront de parler de chiffres et de lever le voile sur le business du VTC en Afrique de l’Ouest.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *