fbpx

POLITIQUE : 24 partis de l’opposition pour une CEI consensuelle

Plus de 24 partis de l’opposition ont fait plusieurs propositions hier lundi 11 mars, au siège du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), pour une Commission Électorale Indépendante (CEI) consensuelle.

Réunis au siège principal du PDCI-RDA, à Cocody, les partis politiques de l’opposition ont d’abord proposé le changement de la dénomination de la CEI. « Nous, partis politiques de l’opposition ivoirienne, proposons notamment le changement de la dénomination de cette commission dont l’histoire est chargée de souvenirs douloureux » a déclaré le secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA, Maurice Kacou Guikahué.

Les 24 partis de l’opposition ont aussi proposé que la présidence de la commission en charge des élections soit dirigée par « une personnalité de la société civile recrutée par appel à candidature ». Cette mesure a aussi été proposée pour celui qui assurera la vice-présidence de la commission électorale.

24 partis de l’opposition pour une CEI consensuelle  / ©   DR

Outre cela, l’opposition a aussi proposé « la participation des représentants des partis politiques tant du pouvoir que de l’opposition, avec une mission de contrôle et d’inspection du processus électoral au sein d’un comité présidé par un représentant de la société civile ».

Les responsables des différents partis politiques présents à la réunion ont de plus souhaité que « la commission jouisse d’une véritable autonomie administrative et financière, des pouvoirs de décision (…), de saisine de juridictions compétentes en cas de violation de ses attributions et des réquisitions des forces de défense et de sécurité pour le bon déroulement des élections », a indiqué Maurice Guikahué.

Pour le secrétaire exécutif du PDCI-RDA, cette lutte engagée par tous les partis politiques de l’opposition est pour qu’ « il y ait zéro mort après les élections présidentielles ».

Pour conclure, Maurice Gukahué a indiqué que les 24 partis de l’opposition sont prêts et disposés à entamer les discussions avec le gouvernement pour la recomposition de la CEI.

Le 21 février dernier, le gouvernement dirigé par Amadou Gon Coulibaly a entamé les discussions avec les différents partis de l’opposition pour la recomposition de cette importante institution.

Notons que les partis politiques de l’opposition farouchement opposés au régime actuel ont dénoncé la non-inclusion de tous les partis dans les discussions engagées par le gouvernement pour le toilettage de la CEI dirigée par l’ancien ambassadeur, Youssouf Bakayoko.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *