Search
samedi 24 février 2018
  • :
  • :

5 ans de prison requis contre Sam l’Africain, pour « tentative d’escroquerie »

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Mohamed Sam Jichi, dit « Sam l’Africain », n’en a visiblement pas fini avec la justice. Sous le coup d’une peine d’emprisonnement de 6 mois fermes, et d’une amende de 500.000 FCFA, pour « injures contre un groupe ethnique », il pourrait prochainement être condamné pour une affaire d’escroquerie datant de 2008.

Ce mardi 4 avril 2017, Sam l’Africain a comparu devant le Tribunal de première Instance du Plateau, dans une affaire de « tentative de faux en écriture privée de banque et tentative d’escroquerie ». Selon le témoignage du concerné, il serait pluôt la victime d’un complot qui a consisté en l’émission de faux chèques. Il cite un prétendu Souleymane Koné, qui lui aurait commandé des « matériels de construction ».

« Ce monsieur a dit qu’il est en train de construire un hôtel appartenant à Guillaume Soro, à Korhogo mais qu’il est en manque de matériel (Ciment, fer, …). Il a émis trois chèques de 25 millions de FCFA chacun au nom de Socimat, Atmex deux sociétés avec lesquelles je suis en partenariat pour la livraison du matériel demandé [ ] » précise-t-il.

                                                                Sam l’Africain – Regionale.info 

Ce matériel sera par la suite payé avec trois chèques frauduleux, d’une valeur totale de 25 millions de FCFA, poursuit Sam l’Africain, non pas sans ajouter avoir porté plainte contre le sieur Koné, une fois la forfaiture découverte :

« Quand je me suis rendu à Ferké où Souleymane Koné est sensé résidé, après plusieurs appels infructueux, j’ai eu la désagréable surprise que le sieur Koné n’était pas l’entrepreneur du chantier de construction de l’hôtel de M. Guillaume Soro ».

Le procureur de la République a livré une version complètement différente de celle de l’accusé. Selon lui, Sam l’Africain aurait lui-même « falsifié » les chèques pour « payer ses dettes aux sociétés indiquées et non pour une quelconque livraison ».

Lire aussi : L’opposant Sam l’Africain écope de 6 mois de prison ferme

L’avocat du prévenu, Me Modeste Abié, a relevé l’incapacité du Tribunal à se saisir d’une telle affaire puisqu’elle est « une juridiction pénale » et qu’il s’agit d’ « une affaire commerciale qui plus date de 2008 ». Cet argumentaire n’a pas freiné le Procureur dans son élan, il a requis « 5 ans de prison ferme avec mandat de dépôt, 1 million FCFA d’amende » contre Sam l’Africain pour « tentative de faux en écriture privée de banque et tentative d’escroquerie ».

Il y a quelques jours, après la condamnation de Sam l’Africain, le FPI, son parti politique, avait dénoncé une volonté de « musellement » de l’opposition. Le dénouement de cette « autre affaire » qui fera sans doute couler beaucoup d’encres et de salives, a été fixé au 11 avril.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *