fbpx
Search
vendredi 18 janvier 2019
  • :
  • :

A chacun sa Constitution en Côte d’Ivoire

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

C’est fin octobre prochain selon le calendrier de la Commission Electorale Indépendante (CEI), que le peuple ivoirien se prononcera sur l’adoption ou non d’une nouvelle Constitution.

Le comité d’experts ne laisse rien filtrer de ses travaux à soumettre au référendum. les propositions ne cessent de fuser. La diversité des propositions enregistrées situe la difficulté de la tâche du comité dirigé par le Professeur Ouraga Obou. Tour de piste des différents avis.

Le président Alassane Ouattara

                                      Alassane Ouattara, Président de la république de Côte d’Ivoire

Au sortir de la série de consultations des corps constitués, pour avis sur la question, la Chambre nationale des rois et chefs traditionnels (CNRT) avait suggéré un assouplissement des conditions d’éligibilité du Président de la République. « S’agissant des conditions d’éligibilité, nous avons pensé qu’il fallait les simplifier pour la paix et mettre en avant la nationalité (pour) permettre à tout Ivoirien de naissance de pouvoir briguer la magistrature suprême », avait dit Nanan Dodo Dépo Didas leur porte-parole.

Les têtes couronnées avaient également souhaité que l’âge de candidature soit « ramené de 40 ans à 35 ans et couplé avec la possibilité pour tout candidat, après deux mandats d’en briguer un autre ».

Cette idée n’est pas partagée par la société civile. Pour elle, le débat du troisième mandat est forclos.

Lire aussi : Révision constitutionnelle : Le Chef de l’État en quête d’un consensus

« Le monde entier a dépassé le niveau des débats sur les troisièmes mandats. Il est vrai que certains pays aujourd’hui l’ont essayé. On nous dit que la démocratie doit être aux couleurs des différents pays, mais je pense que la Côte d’Ivoire est un pays moderne, et le Chef de l’Etat que nous avons aujourd’hui est un Chef d’Etat moderne », avait rétorqué le président de la Fédération des ONG de développement de Côte d’Ivoire (FEDOCI), Koné Satigui, aux rois et chefs traditionnels. Lesquelles têtes couronnées avaient par ailleurs émis le vœu de voir dans les nouveaux textes, la prise en compte de leur Chambre afin d’en faire une institution constitutionnelle.

Coté partis politiques la diversité d’opinions est grande aussi. Les formations de l’opposition, elles, suggèrent une reconsidération de la procédure d’adoption de la nouvelle Constitution. Elles souhaitent que le projet soit « repositionner dans le cadre d’une démarche démocratique et transparente ». En clair, ils demandent que la constitution soit rédigée dans le cadre d’une assemblée constituante élue.

Les partis de l’opposition marquent également leur « désaccord » sur l’idée de création d’un poste de vice-président de la République, suggérée par Alassane Ouattara dans le cadre de cette reforme.

Pascal Affi N’Guessan, le président du FPI, estime que la Côte d’Ivoire doit sortir du régime présidentialiste pour un autre où l’Assemblée nationale est plus forte.

Au RHDP la coalition politique au pouvoir, le PDCI-RDA de Henri Konan Bédié lui, suggère que les conditions d’éligibilité du Président de la République soient calquées sur l’Accord de paix inter-ivoirien de Linas Marcoussis signé en janvier 2003. A savoir que « Le Président de la République est élu pour cinq ans au suffrage universel direct. Il n’est rééligible qu’une fois. Le candidat doit jouir de ses droits civils et politiques et être âgé de trente-cinq ans au moins. Il doit être exclusivement de nationalité ivoirienne né de père ou de mère Ivoirien d’origine. »

Dans sa vision, le Chef de l’Etat Alassane Ouattara souhaite doter la Côte d’Ivoire d’une nouvelle loi fondamentale débarrassée des textes et autres termes susceptibles de créer des conflits. Il est pour la limitation des mandats et suggère la création d’une vice-présidence.

Richard YASSEU

Article publié avec la collaboration de POLITIKAFRIQUE.INFO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *