Affaire Nobert Zongo : François Compaoré, pour l’instant, reste en liberté selon son avocat

Interpellé, à cause d’un mandat d’arrêt international émis par le Burkina Faso, le dimanche 29 octobre 2017 à l’aéroport Paris-Charles de Gaulle, François Compaoré, frère cadet de l’ex-président du Burkina Faso, à été relâche ce lundi matin par la Cour d’appel de Paris à indiqué son avocat à Jeune Afrique.

Suspecté par les autorités burkinabè dans l’affaire Nobert Zongo, journaliste assassiné en décembre 1998, un mandat d’arrêt international à été émis contre François Compaoré afin de faire la lumière sur les circonstances de cette affaire. En provenance d’Abidjan, le frère de Blaise Compaoré, ancien président du Burkina, à été interpellé dimanche, puis relâché par les autorités françaises, le lendemain après une brève audition. « L’audition s’est déroulée en quelques minutes et personne n’a demandé à ce qu’il soit placé en détention » a  laissé entendre Pierre-Olivier, l’avocat de François Compaoré.

Toujours selon son avocat qui s’était exprimé lors de l’interpellation de son client, cette situation vise à toucher directement Blaise Compaoré.

« Ils exhument ce vieux dossier Norbert Zongo pour essayer d’atteindre son frère, Blaise Compaoré, contre lequel ils n’arrivent pas articuler des griefs juridiques. Donc, ils changent leur fusil d’épaule : si ce n’est pas toi, ça sera ton frère. »

François-CompaoréDu côté du Burkina, la justice compte avancer sur cette affaire qui traîne depuis 1998. Afin d’établir toute la lumière sur l’assassinat de Nobert Zongo, l’extradition de François Compaoré a été envisagée par les autorités du pays. Cette question sera examinée très prochainement par les autorités judiciaires françaises, qui autorisent François Compaoré à circuler librement sous réserve d’une demande formulée au préalable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *