Afrique : L’AESA et le NEPAD lancent une subvention pour accélérer le développement du continent

L’Académie africaine des sciences et l’Alliance pour l’accélération de l’excellence scientifique en Afrique (AESA) et le nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) ont noué un partenariat. Cet accord a pour but de financer des recherches novatrices dans le cadre du Programme Grand challenges Africa pour accélérer les avancées scientifiques.

L’AESA s’est aussi associée à la Fondation Bill & Melinda Gates pour subventionner cette initiative. L’objectif est de trouver des solutions locales pour résoudre les défis urgents de l’Afrique et aider le continent à atteindre les objectifs de développement durable. 

Afrique : L’AESA et le NEPAD lancent une subvention pour accélérer le développement du continent  © : DR
  Afrique : L’AESA et le NEPAD lancent une subvention pour accélérer le développement du continent © : DR

Pour le directeur de l’AESA, Dr Tom Kariuki, les solutions aux défis existent sur le continent. En tant qu’organisme africain de subvention, il important d’offrir des solutions locales innovantes aux défis en matière de santé et de développement. Il a précisé que les subventions au Grand Challenges Afrique seront d’un montant de 100 000 $ US pour les projets innovateurs en faveur de développement du continent africain. Au Total, c’est 40 projets qui seront retenus et financés. Toutes les disciplines sont concernées, notamment les laboratoires gouvernementaux, les établissements de recherche, les organisations non gouvernementales et à but non lucratif.

Les innovations qui recevront les subventions de 100 000 $ et qui semblent prometteuses pour la mise à l’échelle mondiale seront admissibles à un financement additionnel d’un montant maximum de 1 million $ US. Le programme de l’AESA fait partie des grands défis mondiaux d’initiatives favorisant l’innovation pour résoudre des problèmes clés liés à la santé et le développement. À ce titre, un appel à subvention a été lancé aujourd’hui dans la cadre de recherches de solutions axées sur des stratégies pour aider l’Afrique à atteindre les objectifs dans le domaine de la santé maternelle, néonatale et infantile.

« Bien que de grands progrès aient été réalisés dans la réduction de la mortalité en Afrique, les taux de mortalité maternelle et néonatale restent inacceptables. Nous cherchons de nouvelles idées audacieuses susceptibles d’avoir d’énormes répercussions en Afrique, afin que les mères et les enfants puissent non seulement survivre, mais prospérer », a déclaré le Dr Kariuki.

Les estimations montrent que plus de la moitié des décès maternels et plus des trois quarts des décès néonatals surviennent en Afrique subsaharienne. Plus de la moitié des décès maternels étant directement ou indirectement attribués à des causes infectieuses comme le VIH, le paludisme pendant la grossesse, la septicémie et les infections sexuellement transmissibles Maladies transmissibles. Les infections et les complications liées aux naissances prématurées représentent également 88% des décès de nouveau-nés.

La nouvelle subvention vise également à compléter les efforts mondiaux existants et à mobiliser davantage de fonds africains pour la recherche et le développement afin d’accélérer les avancées scientifiques pour réduire le fardeau de la maladie en Afrique, en finançant des approches révolutionnaires qui conduiront les organisations africaines et les gouvernements à investir davantage dans la Recherche Développement (R& D) et l’innovation. En 2007, les chefs d’État de l’Union européenne ont fixé comme objectif que les pays consacrent 1% de leur PIB à la R & D d’ici à 2010, mais à ce jour, très peu de gouvernements africains ont accru leur financement pour la R & D.

« Nous espérons également motiver et mobiliser l’appui du gouvernement et l’augmentation des investissements pour la R & D pour assurer le développement soutenu et la commercialisation de nouvelles solutions pour transformer l’avenir d’une grande partie de notre population », a déclaré Evelyn Gitau, directrice de programme Grand Challenges Africa.

Le financement permettra également de promouvoir la collaboration intra-africaine et de promouvoir le partage des compétences et des idées dans les projets de grands défis. Un partenariat avec l’Institut Pasteur permettra également à l’AESA de financer des projets supplémentaires qui favorisent la collaboration intra-africaine.

Les chercheurs peuvent obtenir de plus amples renseignements, y compris des règles et des lignes directrices, et présenter une demande de subvention pour le programme d’innovation Grand Challenges Afrique à l’adresse :  www.aesa.ac.ke.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *