Search
jeudi 19 juillet 2018
  • :
  • :

AFRIQUE/Private equity : 350 sorties ont été réalisées entre 2007 et 2016 (AVCA, EY)

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

L’Association africaine de private equity et de capital-risque (AVCA) et le cabinet d’audit et de conseil EY ont publié leur rapport sur les entreprises de private equity actives en Afrique. Ainsi, selon ce rapport, 260 sorties ont été enregistrées entre 2007 et 2016.

Ce rapport indique également que l’année 2016 à enregistré le plus grand nombre de sorties (48) alors qu’en 2009 ce nombre était à (29). L’Afrique du Sud arrive en tête de ce classement en terme de sorties. Il enregistre 42 % des sorties sur la période de 2007 et 2016. La deuxième position de ce classement est occupée par l’Afrique de l’Ouest avec 25 % du total des sorties. L’Afrique du Nord compte 14 % des sorties, l’Afrique de l’Est (10 %), l’Afrique australe hors Afrique du Sud (8 %) et l’Afrique centrale (1 %).

AFRIQUE/Private equity : 350 sorties ont été réalisées entre 2007 et 2016 (AVCA, EY). © : DR

L’étude montre, d’autre part, que les cessions à des acheteurs industriels (trade buyers) représentent 15,6 % des sorties recensées au cours des dernières années contre 6,5 % pour les rachats par d’autres firmes de private equity ou des entreprises financières, 5,1 % pour les MBO (Management buy-out/rachat d’une entreprise par ses dirigeants ou ses salariés) et 1,2 % pour les IPO.

Lire aussi : Emerging Capital Partners, un gestionnaire de fonds d’investissement résolument tourné vers l’Afrique

Ce rapport indique que le secteur des services financiers occupe 20 % des sorties recensées sur les dix dernières. Suivent ensuite l’industrie (15 %), les biens et services destinés aux consommateurs (12 %), la santé (8 %), les télécoms & médias (8 %), les services aux entreprises (7 %), les ressources naturelles (7 %), les BTP (6 %), les technologies (6 %), et le commerce de détail (5 %). Toutefois, entre 2007 et 2016, les entreprises spécialisées de private equity sont restées en moyenne 4,6 années dans le tour de table des entreprises africaines dans lesquelles elles ont investi.

Lire aussi : Ernst &Young : Les entreprises africaines en tête au titre d’investissements africains des firmes de private equity

Pour rappel, le capital-investissement attire les investisseurs institutionnels et privés au niveau mondial. Dans sa forme la plus simple, il désigne l’achat de participations dans des entreprises non cotées. Le capital levé par l’entreprise est alors utilisé pour financer son expansion au moyen d’une croissance organique ou d’une acquisition. Au lieu d’investir directement dans les entreprises, les institutions préfèrent avoir recours à des fonds structurés qui font appel à des spécialistes de gestion et permettent d’optimiser l’utilisation des capitaux et de diversifier les risques.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *