Attaque contre le camp d’Agban : Le procès de Jean Noël Abéhi et 15 autres accusés reprend lundi

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Après une suspension, le procès de Jean Noël Abéhi, ex-patron du Groupement de l’escadron blindé (GEB) de la gendarmerie ivoirienne reprendra le lundi 8 janvier prochain. Il est accusé de « complot contre l’autorité de l’Etat ».

Dans le box des accusés, Jean Noël Abéhi n’est pas seul, même s’il est resté isolé des autres lors de l’audience du jeudi 4 janvier 2018. Il est accusé en même temps que 15 autres personnes, civiles et militaires, de complot contre l’autorité de l’Etat.

L’audience du jeudi a porté sur des faits qui remontent à décembre 2012. Ce jour-là, un commando a mené une attaque contre la caserne de gendarmerie d’Agban, au nord d’Abidjan. Lords de l’audience du jeudi, l’ex-sergent-chef de police, Cyprien Lorougnon Grabo, a été entendu. Il s’est défendu en niant en bloc les accusations portées contre sa personne :

« Je ne suis pas membre de ceux qui ont attaqué le camp d’Agban. Ce jour-là, j’avais eu un rendez-vous médical à Hma. Après le rendez-vous et sur le chemin du retour, j’ai vu un ami gendarme très proche du lieutenant Sanogo. Il m’a invité à prendre un thé au mess et c’est là-bas que j’ai été arrêté. Je ne suis ni de près ni de loin acteur ou complice de cette attaque ».

              L’audience du jeudi a porté sur des faits qui remontent à décembre 2012 / © DR 

C’est donc par concours de circonstances qu’il se serait trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment. La version de Sangaré Daouda, ex-Maréchal des logis en chef, ne s’éloigne pas de celle de son frère d’arme. Il a affirmé avoir été neutralisé par les personnes « venues se servir en armes », qui ont ensuite progressé vers l’armurerie.

Jean Noël Abéhi encourt la perpétuité, si l’on s’en tient au code ivoirien de procédure pénale. Selon son avocat, Me Gohi Bi, son client dont la santé est fragile actuellement ne restera pas en prison : « Pour une justice libre et autonome, mon client ne restera pas dans les liens de la prison », a-t-il affirmé.

Il faut préciser que l’ex-patron du Groupement de l’escadron blindé (GEB) de la gendarmerie ivoirienne comparait également dans le cadre de la crise post-électorale de 2011. L’audition des accusés devrait s’achever le mardi 9 janvier 2018.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *