fbpx

BAD : La 51e assemblée générale annuelle de la Banque s’ouvre sous forme des perspectives économiques en Afrique en 2016

Samedi 06

La 51e assemblée générale annuelle de la Banque Africaine de Développement (BAD) qui se tient du 23 au 27 mai 2016, dans la capitale zambienne, Lusaka s’ouvre sous de bons auspices.

En effet, la BAD, le Centre de Développement de l’OCDE et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), publieront leur rapport conjoint Perspectives économique en Afrique 2016. Ce rapport annuel contient des notes de pays mentionnant des projections et des analyses sur les tendances macroéconomiques, financières, commerciales, sociales et humaines ainsi que des statistiques pour l’ensemble des 5 4 pays africains que compte le continent.

Le rapport sur les Perspectives économique de l'Afrique par la BAD, le PNUD, L'OCEDE

       Le rapport sur les Perspectives économique de l’Afrique par la BAD, le PNUD, L’OCDE

Le rapport sur les perspectives économiques en Afrique 2016 indique que d’ici 2050, deux tiers des Africains devraient vivre dans les villes. Les formes que prendra l’urbanisation en Afrique seront par conséquent déterminantes pour la croissance et le développement futurs du continent. Ainsi, ces performances économiques de l’Afrique se sont maintenues en 2055, en dépit des turbulences mondiales et des chocs régionaux. Le continent est resté la région économique du monde qui a enregistré la deuxième plus forte croissance, derrière l’Asie de l’Est. Ce rapport conjoint des trois organisations révèle que la croissance moyenne du continent devrait rester modeste, à 3,7 % en 2016, avant de redresser à 4.5 % en 2017, sous réserve d’un renforcement de l’économie mondiale et d’une remontée progressive des prix des produits de base.

Selon le directeur par intérim, Recherche développement, à la Banque africaine de développement, Abebe Shimeles, les pays africains ont fait preuve d’une résilience exceptionnelle face à l’adversité économique internationale. Pour lui, transformer cette résilience durable en une amélioration des conditions de vie des Africains nécessite une intervention dynamique des pouvoirs publics, visant à promouvoir une croissance plus rapide et plus inclusive.

                      LIRE AUSSI : La BAD préconise une bonne gestion des ressources naturelles pour contrer la fragilité

Les auteurs du rapport estiment que l’absence de planification urbaine a entraîné une urbanisation sauvage coûteuse. À Accra, au Ghana, par exemple, la population a presque doublé entre 1991 et 2000, passant de 1.3 million à 2.5 millions d’habitants. Soit une hausse de 92 %, et un taux de croissance annuel de 7.2 %. L’urbanisation est une méga tendance qui modifie en profondeur les sociétés africaines. Deux tiers des investisseurs dans les infrastructures urbaines nécessaires à l’horizon 2050 doivent encore être faits. 

Advertise – Regionale.info



4 thoughts on “BAD : La 51e assemblée générale annuelle de la Banque s’ouvre sous forme des perspectives économiques en Afrique en 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *