Search
samedi 24 février 2018
  • :
  • :

Chambre de commerce et d’industrie, les commerçants ne connaissent pas

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

La liste dirigée par Touré Faman et Dr Parfait Kouassi est sortie vainqueur du scrutin du 10 juillet pour diriger la chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire (CC-CI. Faman et Parfait seront durant leur mandat, les représentants des chefs d’entreprises et des commerçants ivoiriens. Mais, loin des jeunes chefs d’entreprises qui ont fréquenté les universités ou les grandes écoles, la Chambre reste la grande méconnue de nombres d’acteurs économiques.

« La chambre de commerce, c’est la structure de Jean- Louis Billon ?» interroge Kamagaté Sidi, un commerçant qui assimile la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire à Jean-Louis Billon. Il ignore que ce dernier n’est plus à la tête de cette faitière de commerçants et d’industriels  depuis  plus de 10 ans. « J’en ai déjà entendu parler vaguement mais je ne connais pas son utilité. Je me disais que c’était pour les gens d’en haut, pas pour les gens d’en bas » poursuit-il.  Commerçant depuis 10 ans dans la commune d’Adjamé, il est grossiste et vient d’ouvrir son deuxième magasin de vêtements dans le quartier « liberté ».
Blé Yann quant à lui, est propriétaire de magasins électroménagers.  Pour lui aussi, « la Chambre, c’est Billon ». Il connait sa situation géographique. « Je vois bien. Elle est située exactement à la rue des banques. Non loin de la gare de woro woro, au Plateau ». Pour ce qui est du rôle de cet organe, il n’en sait rien. Plusieurs autres commerçants interrogés ont le même type de réaction, identifiant l’institution au Ministère du commerce ou ne sachant rien de son rôle.  Dans la PME « Ets LKT », l’on n’est pas plus informé que les autres. Bonon Jean Jaurès, le chargé de communication, affirme qu’« on en a entendu parler mais jamais nous n’avons eu de contact direct avec elle. Pour tout dire nous ne savons rien de cet organisme. »

Chambre de commerce et d’industrie 2


Présidée par Jean Louis Billon de 2002 à 2012, le temps semble s’être arrêté depuis son entrée au gouvernement.

Comme attente vis-à-vis de cette nouvelle équipe qui prendra bientôt les rennes de cet organisme, Jean-Jaurès  souhaiterait que, comme son nom l’indique, elle soit véritablement au service de l’entrepreneur et ce, peu importe la taille de l’entreprise. « Tout le monde sans distinction » insiste-il.
Comme suggestions aux nouveaux responsables de la CC-CI, César Assamoi président de l’union des PME de Côte d’Ivoire recommande qu’ « Il serait tout d’abord important d’améliorer le climat des affaires et trouver des mécanismes de renforcement des capacités et de financement des entreprises. Nous plaidons pour une réforme structurelle profonde qui garantirait le droit aux petites entreprises d’exister dans un climat économique sain. Travailler étroitement avec le Ministère de l’Economie afin de trouver une solution au retard trop souvent remarqué de paiement des factures des opérateurs et autres fournisseurs. Aussi, faudrait-il promouvoir la production nationale sur les marchés internationaux. Et plus que tout, œuvrer auprès des autorités compétentes à l’allègement des charges fiscales qui tuent dans l’œuf bon nombre d’entreprises avant même leur éclosion », plaide-t-il.

El Hadj Almamy Touré, Pdg de AT Transports et président du GIE des Propriétaires de véhicules de transport routier de Côte d’Ivoire (GIE PVTRCI), qui a soutenu la liste  gagnante se montre « très optimiste ».
« Vous même aujourd’hui vous n’en savez pas beaucoup sur la chambre mais à partir de maintenant, vous allez voir que  c’est une nouvelle chambre de commerce. C’est la chambre de commerce de l’ivoirien nouveau », rassure-t-il.
Il envisage une chambre « très dynamique et très moderne » car pour lui « Parfait kouassi c’est un leader et Faman Touré un homme d’expérience ».
Sur cette liste, il explique que tous les commerçants sont les bienvenus ; «  Tout le monde est pris en compte. On va emmener les gens à sortir de l’informel.

La chambre de commerce nouvelle sera une vitrine » annonce-t-il.

Pour information, cette structure se décrit sur son site comme « est un organisme chargé de représenter les intérêts des entreprises commerciales, industrielles et de service, d’assurer la formation des entrepreneurs et d’apporter un appui aux entreprises. »
Les chefs d’entreprise et autres commerçants peuvent enfin espérer en une ère nouvelle pour leur maison commune. Quoique disputée dans ses charges, la CCI-CI, nouvelle formule, avec un ancien et un jeune, traduit la vision d’une maison d’expérience qui, entend se mettre résolument au service de ses membres qui la méconnaissent.
Un nouvel espoir est né.

Raïssa N’GUESSAN

Article publié avec la collaboration de POLITIKAFRIQUE.INFO

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *