Search
samedi 20 janvier 2018
  • :
  • :

CIV : La révocation du Lieutenant Amoudé Traoré, principale revendication des soldats de Bouaké

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

La volonté de révocation du Lieutenant Amoudé Traoré de ses fonctions au sein du Centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO) de Bouaké est la cause des troubles militaires constatés dans cette ville. Pour se faire entendre par leurs supérieurs, des soldats ont décidé de faire résonner leurs armes.

Dans les rangs des militaires, la grogne monte. En effet, des accusations sont portées contre le Lieutenant Amoudé Traoré par certains soldats qui dénoncent son « orgueil » et l’habitude qu’il a d’aller au-delà des missions que lui sont assignées. Cette situation a été amplifiée par sa nomination en tant que chef du renseignement et de l’investigation du CCDO de Bouaké.

                  Il a été nommé en tant que chef du renseignement et de l’investigation du CCDO de Bouaké / © DR 

Le vendredi dernier déjà, des heurts avaient fait un mort et un blessé dans la ville de Bouaké. Des faits qui semblent être liés à ceux du mardi 9 janvier. A ce sujet, le Conseil national de sécurité se réuni ce jeudi 11 janvier pour faire le point de la situation et prendre les décisions idoines en vue d’un retour à l’ordre définitif.

Amoudé Traoré, qui par le passé, aurait purgé une peine à la prison de Bouaké, s’est retrouvé libre à la faveur de la rébellion armée de 2002. Il se serait par la suite engagé dans les rangs des forces armées des forces nouvelles. Aux dernières nouvelles, il occupe le poste de  chef du renseignement et de l’investigation du CCDO de Bouaké.

Lire aussi : CIV / Affrontements entre soldats : Le siège du « CCDO de Bouaké est entièrement détruit » (Maire)

Le bilan des événements du mardi à mercredi a été fait par le chef d’Etat-majeur général des armées, le Général Sékou Touré. Il a fait état d’un blessé léger pris en charge par les services de santé, de deux véhicules incendiés et d’un autre endommagés. Les locaux du CCDO ont aussi été mis à feu.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *