Search
vendredi 20 avril 2018
  • :
  • :

CIV : Un accusé cite les « renseignements généraux » dans une tentative d’escroquerie de 3,5 Mlrds F CFA aux autorités

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Le procès de l’ancien Ministre de Laurent Gbagbo, Lida Kouassi Moise, et ses 3 co-accusés, qui comparaissent pour « complot contre l’autorité de l’Etat », continue de livrer ses secrets. Le mardi 16 janvier, il a été essentiellement question d’une vidéo produite pour extorquer la faramineuse somme de 3,5 milliards F CFA aux autorités ivoiriennes.

Les faits remontent à février 2012, lorsque la  Direction de la Surveillance du territoire (DST) a reçu une l’information de la préparation d’un projet de déstabilisation du régime d’Alassane Ouattara. Ce projet serait l’œuvre d’anciens officiers ivoiriens exilés au Ghana. Des civils proches de l’ancien Président Laurent Gbagbo sont aussi cités.

A la barre, l’un des accusés, le Colonel Paulin Katé Gnatoa a donné sa version des faits. D’entrée de jeu, il a nié en bloc les détails concernant le rôle qu’il aurait joué depuis son exil au Ghana. Il a tenté de déconstruire l’argumentaire de l’accusation en s’appuyant sur le fait qu’aucune base arrière, nécessaire pour une attaquer une autre armée, n’existait. Un tel projet n’était, selon lui, tout simplement pas envisageable :

« Quand un groupe décide d’aller attaquer une armée, il y a deux choses à prendre en compte [ ] la base arrière et les forces en présence [ ] c’est deux armées qui vont s’affronter, il faut que les deux armées puissent se connaître et l’armée qui doit attaquer doit avoir une base arrière, et nous n’avons pas de base arrière, donc comment peut-on attaquer l’armée d’un pays sachant que l’armée française était là, l’Onuci était là ».

Lire aussi : Procès crise post-électorale : Lida Kouassi Moïse clame son innocence

Pour lui donc, il n’a pris part à aucun projet de déstabilisation du régime en place. Cependant, ce sur quoi le Colonel Paulin Katé Gnatoa apporte des précisions, c’est l’enregistrement d’une vidéo qui devait être utilisée pour extorquer la somme de 3,5 milliards F CFA aux autorités ivoiriennes. Cette vidéo, précise-t-il, devait annoncer le renversement du pourvoir en place :

« J’ai été contacté par le pasteur Koré Moïse qui lui avait été contacté par 3 agents du service des renseignements généraux qui proposaient de faire l’enregistrement d’une vidéo montrant des militaires exilés au Ghana annonçant le renversement du pouvoir Ouattara. »

De l’exposé de l’accusé, il ressort que cette vidéo n’était qu’une opération d’escroquerie montée de toute pièce par les renseignements généraux ivoiriens. L’accord prévoyait une belle récompense pour ceux qui y prendraient part :

« Ce sont les agents du service des renseignements qui voulaient escroquer l’Etat de Côte d’Ivoire en vendant cette vidéo aux autorités pour se faire de l’argent [ ] Ils ont dit que ceux qui vont prendre part au projet devraient percevoir 2 milliards FCFA [ ] Nous, nous n’étions que des acteurs et notre rôle était d’enregistrer la vidéo et attendre notre argent. »

Lida Kouassi Moïse clame son innocence_Regionale.info

Le Ministre Lida Kouassi Moise a été blanchi par le témoignage du Colonel Paulin Katé Gnatoa / © DR 

En ce qui concerne le Ministre Lida Kouassi Moise, il a été blanchi par le témoignage du Colonel Paulin Katé Gnatoa. Selon lui, l’ex-ministre de la défense de Laurent Gbagbo n’était pas informé de la tentative d’escroquerie.

« Le ministre Lida Kouassi n’a rien avoir dans cette affaire de déclaration. Je suis allé vers lui parce que j’avais un problème d’argent. Il ne savait rien [ ] le jour où nous avons fait l’enregistrement de la vidéo de déclaration, il y avait six officiers de l’armée ivoirienne en exil au Ghana », a-t-il expliqué.

Le procès se poursuit ce mercredi et le verdict lui devrait être connu le jeudi. Rappelons que L’ex Ministre Lida Kouassi Moise et le Colonel Katé Gnatoa? comparaissent en même temps que Brou Serge Pacôme et Zadi Gbagba, pour « complot contre l’autorité de l’Etat ».




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *