Search
lundi 26 février 2018
  • :
  • :

Côte d’Ivoire, un accord tripartite encouragé pour le bon fonctionnement des PME

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS
Le ministère ivoirien de  l’Entrepreneuriat national, de l’Artisanat et de la Promotion des PME encourage une synergie d’actions entre les experts comptables, les banques et les PME pour booster l’emploi.
 
«  Les banques ne prennent pas de risque. Elles ont financé longtemps les grandes entreprises donc, elles connaissent mal les PME et elle leur demandent les mêmes conditions qu’aux multinationales avant de les financer. » A déclaré Joseph Boguifo président de la  fédération ivoirienne des PME( FIPME).
 Il a fait cette sortie au cours du premier panel des journées de l’expert-comptable, le 16 septembre 2016. La rencontre s’est déroulée  autour du thème:  «  la problématique du financement des PME : l’apport de l’expert-comptable ».
En Côte d’Ivoire, les PME représentent 80% du tissu économique nationale.  Il en existe environ 210 .000  dont 70.000  seulement sont recensées. Cependant elles sont confrontées à de nombreuses difficultés de financements mais aussi institutionnelles.
Pour Boguifo Joseph il serait judicieux que les banques installées en Côte d’Ivoire s’imprègnent des réalités locales des PME, des difficultés des entrepreneurs  afin de mieux les suivre. Plus encore, la création d’une banque typiquement ivoirienne destinée  au financement des PME serait l’idéal  pour ce secteur, explique-il.
Quant à Aboubacar Ouattara, expert-comptable, il affirme que « les requêtes des banquiers sont fondées car les chefs d’entreprises  sont en manque de formation entrepreneuriale. Les  PME ne travaillent pas avec professionnalisme ». Il exhorte donc ces derniers à s’attacher les services d’expert-comptable dès la conception du  projet d »entreprise et ne pas attendre la période difficile avant d’avoir recours à sa corporation. Toutefois, il a relevé l’inexistence d’un cadre institutionnel entre ces experts-comptables et PME.
 

Kouakou Achille représentant  Association professionnelle des banques et établissements financiers en Côte d’Ivoire de (APBF) justifie cette réticence des banques à financer les PME à    plusieurs niveaux. Il évoque notamment « Le recours assez facile  des PME à la procédure de règlement préventif…. Les PME ont besoin de crédit sur le long terme alors que  nous   n’avons pas de ressources sur le long terme…  La BCEAO nous demande de respecter un certain nombre de ratio règlementaire »

 
Anzoumana Moutayé ministre ivoirien de l’Entrepreneuriat national, de l’Artisanat et de la Promotion des PME, mais aussi président de l’évènement a réitéré pour sa part le   programme phénix qui consistera à renforcer la capacité des PME, améliorer l’environnement des affaires  et renforcer  l’activité entrepreneurial. Il annonce aussi  la mise ne place d’un fonds de garantie dont l’étude est achevée mais également un fonds d’innovation pour les PME qui s’élève à 134 milliards de CFA. « Ce qui reste à faire est de créer un climat de confiance entre l’expert comptables, la banque qui est l’établissement financier et les PME … que ces trois travaillent ensemble pour faire avancer leurs préoccupations communes »
Quant au ministre auprès du premier ministre charge de l’économie et des finances,  Adama Koné , il mise sur la transparence du secteur affirmant que le gouvernement a mis en place un certain nombre d’instrument en matière de transparence. «  Le bureau d’information sur le crédit…Nous allons mettre très bientôt l’agence pour l’inclusion financière…. Ensuite le crédit-bail qui est un moyen de financement alternatif » qui sont entre autres des mesures pour assainir le secteur des PME.
La Côte d’Ivoire veut faire du secteur prive le moteur de la croissance économique.  Pour le plan national de développement (PND) 2016-2020 estimé à 30.000 milliards il  y prend une place importante avec 62% comme contribution, soit 18.000 milliards.
 
Raïssa Yao
Article publié en partenariat avec politikafrique.info




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *