fbpx
Search
mercredi 20 mars 2019
  • :
  • :

Côte d’Ivoire : Sansan Kambilé juge « inacceptable » l’implication de Soro dans l’affaire Ehouo

Le ministre de la justice et des droits de l’homme, Sansan Kambilé, a jugé inacceptable les propos du vice-président de l’assemblée nationale, Oula Privat, dans l’affaire de détournement de fonds dont le principal accusé est le député-maire du Plateau Ehouo Jacques. C’est hier dimanche 13 janvier que le ministre a exprimé son mécontentement.

Se prononçant hier dimanche à Abidjan sur les poursuites émises contre le maire élu du Plateau, Ehouo Jacques, le vice-président de l’assemblée nationale, Oula Privat, a déclaré qu’ « il est nettement mieux d’avoir une justice outillée, qui réponde véritablement aux aspirations du peuple ».

Ces propos du député de Duékoué (Ouest de la Côte d’Ivoire), semblent avoir irrité le ministre Sansan Kambilé, car celui-ci a jugé « inacceptable qu’un député s’autorise à jeter un discrédit sur un autre pouvoir constitutionnel ». Poursuivant, il a indiqué que « cela ne saurait être toléré ».

Le ministre de la justice hausse le ton après la sorti de Oula Privat  / © DR

Rappelons que le vendredi dernier, le bureau de l’assemblée nationale avait demandé à la justice la suspension des poursuites contre le député Ehouo Jacques, accusé d’avoir détourné un montant de plus de 5 milliards de F CFA pendant l’exercice de ses fonctions, à la mairie du plateau.

Le garde des Sceaux a rappelé que « les animateurs du pouvoir judiciaire ne font qu’appliquer les lois de la République ». Poursuivant, il a précisé que « le magistrat est protégé contre toutes formes d’ingérences, de pressions, d’interventions ou de menaces ayant pour effet de nuire à l’accomplissement de sa mission ».

Dans son communiqué, Sansan Kambilé a par ailleurs indiqué que le pouvoir législatif a pour principale tâche l’élaboration des lois et le pouvoir judiciaire veille à l’application de la constitution.

Pour conclure, le ministre de la justice a appelé les parlementaires « au respect de l’indépendance du pouvoir judiciaire ».




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *