Cours du mercredi au primaire : A grève « sauvage et illimitée» riposte «sauvage et inoubliable » ( Kandia Camara)

Face aux protestations vis-à-vis des cours de mercredi institués en août dernier par arrêté ministériel, la ministre tape du poing sur la table. Au cours d’une conférence de presse, ce lundi 19 septembre à son cabinet, Kandia Camara a mis en garde certains syndicats d’instituteurs dont le Mouvement des Instituteurs pour la Défense de leur Droit (MIDD) qui brandit la menace de grève.

Depuis la décision ministérielle de faire du mercredi matin jour d’école au primaire, Mesmin Komoé, Sécrétaire Général du MIDD a, à maintes reprises, fait savoir son désaccord face à cette mesure, informant par ailleurs n’avoir pas été consulté à cet effet. Un désaccord qu’il entend matérialiser par un mouvement de grève qu’il qualifie de « sauvage et illimitée ». La réponse de la ministre est sans équivoque.

« Mesmin Komoé a décidé qu’il n’y ait pas de cours les mercredis malgré la volonté et le souhait de la majorité des enseignants. Allez dire à Mesmin Komoé que si lui et ses sbires mènent une grève sauvage et illimitée, la riposte sera sauvage et inoubliable pour lui et ses sbires », prévient-elle sur un ton ferme.

« Mesmin Komoé crée des crises pour les monnayer après. À chaque crise il n’engrange que des millions. Son seul métier créer des crises pour engranger de l’argent », ajoute-t -elle.

cours-de-mercredi - Regionale.info

Pour elle donc, M. Komoe « n’a jamais travaillé. Il ne connaît pas la souffrance et la douleur des enseignants qui se retrouvent avec la moitié de leurs élèves qui redoublent ou qui échouent à un examen ». De plus, en tant que vice-président de la Mutuelle Générale des Fonctionnaires de Côte d’Ivoire (MUGEFCI), informe-t-elle, M. Komoe serait payé à 1,5 million de FCFA et ses enfants fréquenteraient les meilleures écoles à l’étranger.

Le durcissement du ton de la ministre va aussi à l’endroit des fauteurs de trouble. En effet, mercredi dernier, certains élèves du primaire à Abidjan se sont vus vidés des salles de classe par des instituteurs.

 « Si on touche a un cheveu d’un enseignant, d’un élève ou d’un parent d’élève dans une école, l’auteur sera radié de la fonction publique » menace-t -elle,

soulignant que le droit de grève ne doit pas aucunement pas empiéter sur le droit d’autrui. « Qu’on respecte le droit de celui qui veut aller travailler. Nous ne voulons plus de terroristes à école », plaide-t-elle.  

4 réponses sur “Cours du mercredi au primaire : A grève « sauvage et illimitée» riposte «sauvage et inoubliable » ( Kandia Camara)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *