Search
jeudi 22 février 2018
  • :
  • :
DOOGEE
Camon CM Full Ecran

CPI : Entre 9 et 11 ans d’emprisonnement requis contre Al Faqi Al Mahdi

Banner_Moov
Banner_SMS_Orange
Banner_MTN_Alerte_SMS

Entre 9 et 11 ans de prison pour le djihadiste malien, Al Faqi Al Mahdi. C’est la peine requise par l’accusation, ce mercredi 24 août 2016, au cours de son procès à la Cour Pénale Internationale (CPI).

« Après deux jours d’audience et presque à la fin de ce procès, l’accusation requiert que la chambre veuille bien prononcer une peine qui reste dans cette fourchette de neuf à onze ans d’emprisonnement », a requis le représentant de la procureure, Me Gilles Dutertre. 

Lire Aussi : Ahmad Al Faqi Al Mahd sera jugé par la CPI pour « crime de guerre »

À l’ouverture de son procès, le lundi 22 août 2016, Al Faqi Al Mahdi, avait très tôt reconnu les faits qui lui sont reprochés, notamment, la destruction de mausolées dans la ville de Tombouctou. Il donc ouvertement présenté ses excuses.

Al Faqi Al Mahdi

                                                           Al Faqi Al Mahdi    Crédit Photo : Reuters

« Je me tiens devant vous aujourd’hui, le cœur lourd, triste et soucieux, privé de liberté et de la compagnie de mes proches, mais prêt à accepter la sanction que votre cour jugera appropriée. Je ne peux m’empêcher de caresser l’espoir que votre sanction ouvrira la porte de la réconciliation avec la population de Tombouctou en particulier et avec le peuple malien en général, ainsi qu’avec l’ensemble de l’humanité », a regretté le djihadiste malien,

qui a par ailleurs justifié son action prétextant avoir été sous « l’emprise d’une bande d’Aqmi et d’Ansar Dine ».

« J’avais cédé à leurs pressions, à leurs tentations (…) emporté comme par une forte tempête de sable qui a emporté dans son sillage de nombreux oulémas du pays », s’explique-t-il.

Lire Aussi : CPI: Ahmad al Mahdi , plaide « non coupable »

Les parties de ce procès avaient, compte tenu de ces aveux, convenu de ne pas faire appel si la condamnation est équivalente à la peine requise. Un accord qui n’implique en rien les juges, qui peuvent prononcer une peine plus lourde allant jusqu’à 30 ans de prison ferme.

Le verdict des juges n’est pas attendu avant le 27 septembre prochain.



Web redacteur ; Journaliste Radio


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *