fbpx

Crise post électorale: Sidiki Bakaba entendu pendant 5h par la justice française

Samedi 06

Le cinéaste Franco-Ivoirien, Sidiki Bakaba devait se rendre devant la justice française dans le cadre d’une information judiciaire ouverte contre lui. C’est chose faite depuis le mercredi 06 juillet 2016.

C’est une audition de 5 h du temps (13 h 30 — 18 h 30) gravitant autour des charges portant sur des événements qui auraient été commis pendant la crise post électorale. Il s’agit notamment de « meurtre, menaces de mort, complicité de violences atteinte à la liberté individuelle ». Ce proche de l’ancien Président Laurent Gbagbo est également accusé d’avoir proféré des menaces à l’encontre de Joel N’Guessan, actuel porte-parole du Rassemblement des républicains (RDR).

sidiki b

Réfugié en France depuis la fin de la crise post électorale, le cinéaste de 67 ans a affirmé que son audition s’est faite en présence de son avocat et d’« un juge venu de Côte d’Ivoire ».

“Je n’ai été ni inculpé ni mis en examen »’ a -t-il déclaré à sa sortie.

À la convocation de la justice française, début juin, l’ex-directeur du palais de la culture s’est dit surpris d’une telle mise en examen. Dans une lettre qu’il a adressée au ministre français des Affaires étrangères, il affirme n’avoir rien fait de répréhensible. ‘Mon tort a été de prendre sa caméra pour témoigner’, a-t-il affirmé.

Je suis étonné de voir tant de charges (…) mais je me dis, comme les pro-Gbagbo sont en ce moment jugés partout avec les mêmes chefs d’accusation, j’ai bien peur qu’on me mette là-dedans. Je ne suis pas politique. Si avec une caméra on devient une arme de destruction massive, je ne comprends pas” s’interroge l’acteur le Franco-Ivoirien qui reste tout de même confiant en la justice française.

Advertise – Regionale.info


Web redacteur ; Journaliste Radio


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *